Accueil Consommation

18 milliards d’euros de comptes débiteurs à Paris

PARTAGER SUR
Les fins du mois sont-elles plus difficiles pour les parisiens ?

Quels paradoxes que ces parisiens. Alors que les banques comptent 160 milliards d’euros de dépôts dans les caisses du département, Paris bat de loin le record de France des comptes débiteurs. À eux seuls, les habitants de la capitale détiennent 39 % des découverts bancaires de France.

Comptes débiteurs à Paris : 7893 € par habitant

Certes la vie est chère dans la capitale, certes les prix de l’immobilier recommencent leur flambée, mais tout de même. Grâce aux chiffres de la Banque de France, on savait déjà que les parisiens consomment du prêt personnel sans modération, il nous restait à savoir que cela ne leur suffit pas toujours.

En juin dernier, on ne comptabilisait pas moins de 17,6 milliards d’euros de découverts bancaires, sur le seul département de Paris (75). Ramené au nombre d’habitants, cela équivaut à 7894 € par personne. Et encore, le rapport nous apprend que « le périmètre ne porte que sur les banques généralistes et exclut les sociétés de financement spécialisé ».

Et à la lecture du montant des dépôts bancaires dans les régions françaises, ces chiffres ont de quoi surprendre. Car rien qu’à Paris, la Banque de France compte 160,2 milliards d’euros de comptes ordinaires créditeurs. Ce canyon entre l’effarant découvert bancaire et le matelas de soldes créditeurs, pourrait s’expliquer par les écarts de richesse entre les ménages.

À titre d’exemple, les prix des logements varient du simple au triple d’un quartier à l’autre, allant de 5680 €/m² à Pont de Flandre (19e) a 14 120 €/m² à Odéon (6e).

Ces départements où l’on n’aime pas être en découvert

Dans le département le plus peuplé de l’Hexagone qu’est le Nord (59), les différences sociales sont moins marquées. Si le montant des dettes insolvables des particuliers y est le plus élevé de France, les ch’tis se montrent bien meilleurs gestionnaires que les parisiens.

Partagés par les 2,6 millions d’habitants, les 1,8 milliards d’euros de comptes débiteurs ne représentent que 692 €/pers. Mieux encore, dans toute la région des Hauts de France, les 2,3 millions d’euros de découverts bancaires sont 8 fois moins importants que dans la seule ville de Paris.

D’ailleurs sur les 95 départements que compte la France métropolitaine, 9 d’entre eux affichent des comptes débiteurs si insignifiants, que la Banque de France ne les a même pas comptabilisés. Dans le Cantal (15), la Haute-Marne (52) ou les Hautes-Alpes (05), on n’aime pas être en découvert.

Et les champions de l’épargne sont…

Encore un chiffre qui illustre bien les disparités de conditions sociales à Paris. Car si les habitants de la capitale sont les champions du découvert bancaire, ce sont également les plus économes. D’après les chiffres de la Banque de France, en ce moment 60,8 milliards d’euros leur appartenant dormiraient sur des livrets classiques, de type livret A et livret B, soit 27 277 €/habitant.

Plus au sud, la réputation des Auvergnats n’est pas usurpée. Dans le Puy de Dôme (63), les 640 000 habitants font très attention à leur bas de laine. Ils possèdent en moyenne pour 7187,5 €/pers d’épargne sur livrets, et 8281,25 €/pers qui attendent sagement sur des comptes courants.

Quoi de neuf du côté des promos ?