Accueil Actualités Obtenir un prêt

Apport du prêt immobilier : l’aide des parents

PARTAGER SUR
Le support financier des parents et grands-parents est important pour de jeunes futures propriétaires © drubig-photo - Fotolia.com

La première difficulté que rencontre un jeune couple pour devenir propriétaire, est l’apport du prêt immobilier. Il n’est pas toujours facile de réunir un capital au moins équivalent aux frais d’achat, qui peuvent se monter jusqu’à 10 % pour un logement ancien. C’est dans cette optique que l’aide familiale est la bienvenue, comme le montre un sondage de TNS Sofres.

L’apport du prêt immobilier : un problème financier

Les inquiétudes relatives aux problèmes financiers sont présents chez 82 % des ménages de 25 à 34 ans, mais également à 60 % chez les 55–64 ans. Cette préoccupation vient d’ailleurs en second après les problèmes de santé, c’est ce que révèle un sondage TNS Sofres pour le mutualiste Carac.

C’est dans cette optique que 63 % des personnes interrogées considèrent que le rôle de la famille est d’aider financièrement ses membres qui en ont besoin. Par ailleurs, 22 % d’entre eux considèrent même qu’il s’agit d’un devoir. Cette proportion augmente d’autant chez les 65–75 ans, pour convaincre 36 % de cette population.

Et justement pour 30 % des sondés, l’entraide familiale doit intervenir à l’occasion d’un besoin spécifique, comme un l’achat d’un logement.

Parents et grands-parents répondent présent

Autant décourager tout de suite les dépensiers : une banque n’accordera pas de prêt immobilier à un ménage incapable d’économiser. Mais lorsque cette part des revenus déposée sur un livret ou une assurance vie ne suffit pas, alors les aînés de la famille viennent au secours des enfants et petits-enfants.

Ils sont ainsi 44 % chez les 55–64 ans, à considérer qu’il est nécessaire d’aider financièrement les plus jeunes lors d’un achat immobilier. Ils sont d’ailleurs 28 % à épargner afin de faciliter « le premier achat immobilier des enfants ». Cette considération est par ailleurs reçue positivement à 22 % chez les 25–34 ans, âge où l’on cherche justement à devenir propriétaire.

À ce stade, il existe la solution du financement participatif, afin que frères et sœurs, parents, grands-parents mais aussi amis, mettent des sous dans la cagnotte. Toutefois de nombreuses familles privilégient la bonne vieille solution des donations.

31 865 € de dons exonérés d’impôt

Il n’y a pas d’âge pour transmettre son patrimoine à ses enfants, c’est ce que pensent 37 % des parents et grands-parents adeptes de la donation. Toutefois seules 22 % des personnes interrogées ont déjà effectué une donation supérieure à 3000 €. Il faut souvent tabler sur ce budget, afin de réunir l’apport du prêt immobilier nécessaire pour que la jeune génération devienne propriétaire.

Et pour cela le code fiscal autorise chaque grands-parents et parents, à donner 31 865 € à chaque enfant et petits-enfants, par période de 15 ans, sans prélèvements fiscaux. Et pour ne rien gâter, cette exonération se cumule avec les abattements accordés pour d’autres types de dons.

En clair, un enfant peut ainsi recevoir 31 865 € en totale exonération de droits de succession, de chacun de ses 2 parents, chacun de ses 4 grands-parents, et chacun de ses 8 arrière-grands-parents, si les donateurs ont moins de 80 ans.

Quoi de neuf du côté des promos ?