Accueil Actualités Négocier un prêt

Les taux de prêt immobilier vont-ils baisser ?

PARTAGER SUR

C’est une petite bombe que lâche le courtier Vousfinancer.com dans un communiqué de presse rendu publique hier. Sa responsable des relations banque, Mme Sandrine Allonier, avance que la remontée des taux de prêt immobilier observée depuis juillet est terminée, et que les conditions des crédits à l’habitat devraient rester bonnes en 2016. Mais surtout, elle n’écarte pas un possible retour à la baisse des taux, d’ailleurs une « grande Banque Nationale » l’aurait déjà fait.

Conserver le même volume de prêt immobilier

L’année 2014 n’avait pas été terrible pour les banques. Alors qu’elles se remettaient de la crise de 2008, leur chiffre d’affaires en prêt immobilier avoisinait les 114 milliards d’euros. Un an plus tard à la même époque le bond est spectaculaire, avec une production « d’environ 170 milliards d’euros », selon les chiffres du courtier Vousfinancer.com.

C’est que le 1er semestre 2015 avait été particulièrement riche en renégociation de taux de prêt immobilier. Les ménages qui avaient emprunté en 2012 l’avaient fait entre 3,5 % et 4 % (frais non compris), alors que 3 ans plus tard les taux étaient en dessous de 2,5 %.

Pour certains l’économie se chiffrait sur plusieurs dizaines de milliers d’euros d’intérêt jusqu’à la fin des remboursements. Ainsi en début d’année 40 % des prêts immobiliers était en fait des renégociations de taux. Mais la fête est finie, désormais ce type d’opération ne représente que 20 % de la production. La plupart des contrats qui pouvaient être renégociés l’ont été, et au cours des prochains mois la proportion continuera de diminuer.

Il faudra donc bien combler les quelques 68 milliards d’euros que représentait la renégociation en 2015, et pour cela les banques n’ont pas beaucoup de solutions.

Maintenir des taux de prêt immobilier attractifs

Les ménages l’ont prouvé durant l’année 2014 : ils sont les maîtres du jeu sur le marché immobilier. Ils ne vont pas hésiter à remettre leur projet d’achat jusqu’à ce que les conditions leur soient favorables, à savoir une baisse des taux d’emprunt, mais également des prix du m². D’autant plus qu’il n’est pas évident qu’ils abandonnent leur projet dès lors que les prix des logements s’enflamment, comme le prouve la hausse des transactions en Île-de-France qui s’accompagne d’un effet inflationniste.

D’après le réseau de courtiers, les banques prépareraient dès aujourd’hui leur campagne de 2016, en mettant un terme à la remontée de leurs taux d’emprunt immobilier. En supplément de la nécessité de maintenir le chiffre d’affaires perdu par la renégociation, leurs agences ont réussi à faire face à l’afflux de demandes de crédits, demande qui s’est par ailleurs légèrement résorbée en septembre.

Il semblerait que les enseignes retrouvent leur stratégie d’avant l’été : faire les taux les plus attractifs possible. Ainsi certains clients bénéficient de contrats avec des taux similaires à ceux de juin, juste avant l’amorce de la remontée. Une grande banque aurait même abaissé ses barèmes de 0,10 %. Et c’est précisément cette course à la clientèle qui pourrait retourner la situation vers une période de légère baisse des taux.

Quoi de neuf du côté des promos ?