Accueil Actualités

Quand le Brexit fait grimper les prix de l’immobilier de luxe français

PARTAGER SUR
Les lofts parisiens intéressent les acheteurs d'outre-Manche. © Uolir - Fotolia.com

Le marché de l’immobilier de luxe français démarre en trombe depuis le début de l’année. En cause : le risque de sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, le fameux Brexit. Paris deviendrait alors une terre de refuge, où l’on peut d’ores et déjà acheter 13 m² de plus qu’à Londres pour le même prix.

Les agents d’immobilier de luxe se frottent les mains

Les franchises Coldwell Banker de l’Hexagone passeront de bonnes vacances de Pâques. Dans un communiqué, le réseau d’immobilier de luxe parle d’une « très forte augmentation d’achat et de demande » depuis le début de l’année.

Et pour une fois les clients ne sont pas que des riches Anglais souhaitant investir dans une résidence secondaire sous le doux soleil du midi de la France. Ils seraient aussi nombreux ces français expatriés, partis faire fortune sur l’une des plus grandes places financières mondiales.

Leur motivation : la possible sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, et toutes les complications de bannières douanières qui en résulteraient. Pour continuer le business as usual, des milliers de managers, d’avocats d’affaires et de banquiers pourraient quitter Londres pour rejoindre Paris.

Certains anticipent déjà, en jetant leur dévolu sur des biens d’immobilier de luxe de la capitale française.

Paris, c’est moins cher qu’à Londres

D’après le réseau d’agent immobilier de luxe Barnes, pour 1 million d’euros dans le haut de gamme on peut s’offrir un 56 m² à Paris contre 33 m² à Londres. Un trois-pièces au lieu d’un grand studio, avouez que c’est tentant.

D’autant plus que les prix de l’immobilier ont globalement grimpé de +25 % entre 2012 et 2015 outre-Manche. À Paris au contraire, dans le très chic quartier de La Monnaie du 6e arrondissement, les notaires constataient une chute des prix de -9,1 % à la fin décembre. Pour un prix médian de 10 710 €/m², les rapatriés français pourront s’installer dans un immeuble haussmannien de caractère.

Mais les expatriés anglais s’intéressent également à l’immobilier de luxe français. D’après Coldwell Banker, ils achètent sur le bassin d’Arcachon, dans le Poitou-Charentes ou sur la côte basque. Quand on est un peuple de marins, on tient à s’installer en bord de mer.

C’est que de l’autre côté de la Manche, l’une des plus importantes places financières mondiales qu’est la City de Londres, on pourrait bien payer les erreurs stratégiques du Premier ministre.

David Cameron ou l’arroseur arrosé

Il y a quelques mois de cela, David Cameron a tenté un coup de poker : menacer l’Union Européenne de sortir la Grande-Bretagne du club, si ses exigences n’étaient pas acceptées.

Pensant ainsi s’adjuger les votes de la droite dure, il se rendit à Bruxelles pour obtenir un accord en 3 jours. Le Premier ministre rentra alors en vainqueur dans la capitale anglaise, fier de son coup de bluff, jusqu’à ce que Boris Johnson ne mette les pieds dans le plat. L’emblématique maire de Londres fit savoir que, lui, était favorable à un Brexit.

En définitive la seule erreur de David Cameron a été de proposer aux citoyens britanniques de voter le maintien ou la sortie de l’Union Européenne, au cours d’un référendum. Car à la vérité, si l’on sait que la Grande-Bretagne a beaucoup à perdre financièrement en cas de Brexit, personne aujourd’hui ne peut prévoir l’issue du scrutin.

Quoi de neuf du côté des promos ?