Accueil Rachat de crédits Profiter des taux

Le rachat de crédit immobilier cartonne, et ce n’est pas fini

PARTAGER SUR
La baisse des taux d'emprunt ravive l'intérêt du rachat de crédit.

D’après les relevés de la Banque de France, le taux effectif moyen des prêts à l’habitat est descendu à 1,72 % en août. C’est largement moins qu’il y a 2 ans à la même époque, et cela suffit à diminuer ses mensualités au travers d’un rachat de crédit immobilier. Les propriétaires accédants ne s’en privent pas, désormais on compte autant de renégociations que de souscriptions de nouveaux emprunts.

11,48 milliards de rachat de crédit immobilier

Les agences bancaires ont bien fait de ne pas fermer pendant les vacances d’août. La Banque de France révèle qu’elles ont ainsi signé pour 23 milliards d’euros de nouveaux crédits à l’habitat pendant le mois le plus chaud de l’année. Pour autant elles n’ont pas fait que soutenir le marché du logement, car 49,9 % des contrats concernaient de la renégociation de prêts en cours.

Effectivement le Code de la consommation permet à tout emprunteur de faire racheter sa dette par un concurrent, ou même par son propre créancier. En août 2012 la Banque de France constatait que le TEG immobilier moyen s’établissait à 3,68 %. En août 2016 suite à l’effet Brexit combiné à la politique monétaire de la BCE, il descend à 1,72 %. Une différence quelquefois suffisante pour diminuer ses mensualités par deux.

Ruée vers la renégociation de crédit Immo

Si au mois d’août près de la moitié des nouveaux crédits à l’habitat étaient en fait un rachat de crédit immobilier, les emprunteurs peuvent mieux faire. En août 2015 pas moins de 58 % de la production immobilière des banques concernait la renégociation. À cette époque elles avaient ainsi produit 19,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires relatif au financement de l’habitat, achats et rachats inclus. Il faut dire que le TEG immobilier moyen était descendu à 2,18 % (frais inclus), alors qu’il flirtait avec les 4 % un peu plus de 3 ans auparavant.

Entre-temps l’observatoire CSA/Crédit Logement constate que le taux immobilier moyen descend à 1,41 % (frais non compris) en septembre. Il est aujourd’hui beaucoup plus tentant pour un emprunteur de se mettre en quête d’un rachat de crédit immobilier, qui lui permettrait de diminuer ses mensualités. Il obtiendra généralement mieux auprès d’une banque concurrente, pour qui il sera plus facile de lui faire changer de compte courant grâce à la loi Macron.

Le gain de pouvoir d’achat pourrait d’ailleurs être encore plus important, pour les ménages qui regrouperaient leurs prêts à la consommation avec leur dette immobilière. Rappelons que depuis la loi Lagarde de 2010, lorsqu’un regroupement de crédits inclus plus de 60 % de dettes immobilières, le repreneur est obligé d’appliquer un taux immobilier. Une aubaine pour le ménage qui a signé des crédits conso au-delà de 6 % il y a 4 ans.

Profitez des offres :