Accueil Actualités Obtenir un prêt

Ces chouchous des banques qui écrasent les taux immobiliers

PARTAGER SUR
Les banques cherchent à lier une relation commerciale de long terme avec les emprunteurs. © Karin & Uwe Annas - Fotolia.com

Il y a ceux qui se présentent anxieusement devant leur conseiller clientèle, suspendus à l’espoir d’une demande de prêt immobilier recevable. Ils remercient le ciel à la première offre de crédit reçue et se précipitent chez le notaire. Et puis il y a les chouchous des banques, ceux qui empruntent en un tour de main, à des taux qui font pâlir d’envie le ménage moyen.

1,50 % sur 20 ans, c’est possible ça ?

L’année dernière à la même époque, le baromètre des chouchous des banques du réseau de courtiers Vousfinancer.com, constatait que le meilleur emprunteur avait obtenu 1,64 % sur 20 ans.

Désormais le record est battu par ce couple de Metz, qui a obtenu 1,50 % sur 20 ans pour acquérir sa première résidence principale, d’une valeur de 385 000 €.

Juste derrière eux arrive ce couple de secundo accédants de Nantes, qui a négocié un taux à 1,51 % sur 20 ans, pour acheter une résidence principale à 300 000 €.

Mais il n’est pas nécessaire de voir grand pour emprunter moins cher. Ce couple de Montpellier a jeté son dévolu sur une résidence principale à 200 000 €. Ils ont ainsi obtenu leur prêt immobilier à 1,63 %.

Les chouchous des banques ont de bons revenus

Si un récent sondage montrait que pour le français moyen, « être riche » signifie gagner plus de 6500 € par mois et par personne, aucun parmi le classement de vousfinancer.com n’est riche. Les plus gros revenus sont ceux de ce couple de Toulouse, qui avec 9900 €/mois a disposé d’un apport de 35 % pour changer de résidence principale. Ils ont ainsi pu emprunter 540 000 € à 1,51 %.

Il est toutefois indéniable que les chouchous des banques ont des revenus importants. À l’exemple de ce cadre célibataire de Paris, qui avec 4000 €/mois a pu emprunter 300 000 € à 1,70 %, sans apport. Le seul « riche » du classement est cet autre cadre célibataire de Rennes, qui avec 7000 €/mois a acheté une résidence principale à 250 000 €. Il a apporté 10 % et a ainsi pu emprunter à 1,51 %.

Les chouchous des banques ont de l’épargne

Ce qui intéressent les banques aujourd’hui, c’est davantage la notion de reste à vivre. Combien restera-t-il sur le budget du ménage, une fois dépensées les sommes nécessaires au transport, à l’habillement, à la consommation énergétique et à la nourriture ?

Si le reliquat est suffisant pour épargner, la porte des banques leur est grand ouverte.

Et si en plus ils sont déjà propriétaires et disposent d’un apport important accumulé avec de l’épargne et la revente de leur logement actuel, ils peuvent prétendre à emprunter en dessous de 2 % sur 20 ans.

Malgré l’exception du cadre parisien, tous les chouchous des banques du classement ont injecté au moins 10 % du prix du bien immobilier dans leur crédit. Mais en réalité ils auraient pu apporter davantage de capital, toutefois la manœuvre n’aurait pas forcément été pertinente.

Effectivement au vu du faible niveau des taux d’emprunt actuels, il peut être plus intéressant de déposer une majeure partie du capital sur un placement de type assurance vie. La banque est heureuse, l’emprunteur est content, que demander de plus…

Quoi de neuf du côté des promos ?