Accueil Consommation Prêt travaux

Que choisir pour financer des travaux énergétiques, CITE ou éco prêt à taux zéro ?

PARTAGER SUR

Important : le CITE et l’éco PTZ sont cumulables sans conditions de revenus, pour tout devis effectué à partir du 1er mars 2016, comme le confirme un communiqué du ministère de l’environnement.

L’État propose 2 dispositifs majeurs pour aider les propriétaires à isoler leur logement. Le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique) est un dispositif fiscal, tandis que l’éco prêt à taux zéro est un financement gratuit. Les 2 ne sont cumulables que sous certaines conditions de revenus, ce qui écarte la majeure partie de la population. Le choix entre l’un ou l’autre pour financer des travaux de rénovation énergétique se fait à l’aide d’une calculette, démonstration.

Comparatif CITE et éco prêt à taux zéro

En cas d’objectif étiquette B : dépense 40 000 €

D’après les données compilées par le site energissime.fr en se basant sur des études de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat), il faut dépenser 400 €/m² pour faire passer une maison de 100 m² de l’étiquette G à l’étiquette B. Le montant des travaux sera donc de 40 000 €, ce qui inclut au moins :

  • Pose de portes et fenêtres étanches,
  • Isolation du toit et des combles,
  • Pose d’équipements de chauffage performants.

Cela équivaudrait à abaisser ses dépenses énergétiques de 450 kWh/m²/an à 85 kWh/m²/an. Cet exemple est valable pour une habitation de plain-pied, située dans un climat tempéré continental comme la région parisienne, et possédant 9 fenêtres.

On considère donc que l’économie d’énergie sera 20 % plus importante pour les habitations situées en zone plus froides, et jusqu’à 40 % moins importantes pour celles situées en région méditerranéenne.

Avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Si les propriétaires choisissent le CITE, ils recevront un crédit d’impôt équivalent à 30 % du montant des travaux. Toutefois le dispositif s’accompagne d’un plafond de dépenses limité à :

  • 8000 € pour une personne seule,
  • 16 000 € pour un couple,
  • 400 € supplémentaires par personne à charge.

S’il s’agit d’une famille avec 2 enfants, leur avantage fiscal se montera à 5040 €. Dans leur cas, les travaux leur auront coûté 34 600 € (40 000 € -5040 € = 34 960 €).

Ils déduiront cette somme du montant de leurs impôts sur le revenu, et percevront la différence de la part du Trésor public au cas où elle serait inférieure à l’avis d’imposition.

Exemple : si cette famille doit payer 4800 € d’impôts, l’opération réduira non seulement leur imposition à zéro, mais l’État leur enverra un chèque de 600 €.

Pour financer cette opération, ils auront recours à un prêt à la consommation affectée à des travaux de rénovation. S’ils choisissent l’option du prêt entre particuliers, ils pourront obtenir un crédit de 35 000 €, remboursable sur 72 mois à 4,98 %. Leurs mensualités seraient ainsi de 564 €, assurance emprunteur non-comprise.

Note : dans la pratique les propriétaires commencent par emprunter la totalité, puis réinjectent leur crédit d’impôt dans leurs dettes. Il s’agit d’un remboursement anticipé inférieur à 10 000 € sur un crédit à la consommation, la banque ne peut donc pas appliquer de pénalités.

Ainsi, en tout les travaux de rénovation énergétique leur auront coûté 40 608 €.

Avec l’éco prêt à taux zéro

Si les propriétaires choisissent l’éco PTZ+, ils auront droit à un prêt bancaire de 30 000 € sans intérêts, qu’ils pourront rembourser sur 10 ans. Notons qu’ils peuvent même rembourser sur 15 ans s’ils effectuent au moins 1 bouquet de 3 gros travaux.

S’ils ont recours au prêt entre particuliers pour financer les 10 000 € restant, ils pourront rembourser en 72 mensualités de 161 €. En tout, l’opération leur aura donc coûté 41 592 €.

Conclusion : pour une dépense de 40 000 € le crédit d’impôt revient moins cher que le prêt à taux zéro.

Pour financer des travaux de rénovation énergétique de 15 000 €

Si dans notre exemple précédent on s’aperçoit que les travaux et leur financement reviennent moins cher avec un éco prêt à taux zéro, le résultat est différent pour des montants moins importants.

Prenons l’exemple d’un remplacement de 8 à 9 fenêtres, pour un coût maximal de 8000 €, accompagné de la pose d’une chaudière à condensation performante, pour 6000 € (source energissime.fr et ANAH). Il s’agit d’un bouquet de travaux minimum pour rentabiliser une opération de rénovation énergétique.

Si les propriétaires ont recours au CITE, ils recevront une remise d’impôt de 4500 €, et devront donc emprunter les 10 500 € restants. En choisissant la formule du prêt entre particuliers qui est généralement la moins chère, ils pourront rembourser sur 72 mois avec des mensualités de 170 €, assurance emprunteur non incluse.

Le financement des travaux de rénovation énergétique leur aura donc coûté 12 240 €.

S’ils ont recours à l’éco prêt à taux zéro, ils emprunteront 15 000 € sans intérêts, qu’ils pourront rembourser pendant 10 ans, à raison de 125 €/mois. À terme leur opération leur aura effectivement coûté 15 000 €.

Conclusion : pour une dépense de 15 000 € l’éco PTZ+ revient moins cher que le CITE.

Quoi de neuf du côté des promos ?