Accueil Consommation

Crédit conso : les taux français parmi les plus bas de l’UE

PARTAGER SUR
Les Français disposent des taux de crédit parmi les plus bas de la zone euro.

Il vaut mieux être français que britannique par les temps qui courent. Pour un crédit conso, de ce côté-ci de la Manche le ménage emprunte à des taux bien plus bas que ses voisins du Royaume-Uni. Généralement le français est d’ailleurs favorisé, avec des taux inférieurs à la moyenne de la zone Euro.

Taux de crédit conso moyen en Europe : 5,85 %

L’Allemagne est le pays européen dont la dette est la moins chère, elle est même passée en territoire négatif à 10 ans, suite au Brexit. La France arrive en 2e position, après l’annonce surprise du résultat du référendum le contribuable a levé des fonds au taux imbattable de -0,248 % sur 5 ans.

Mais déjà au mois de mars, Bercy pouvait se financer à bas prix. Il en résulte que le taux de crédit conso moyen descendait à 4,3 % en France, contre 5,85 % dans la zone euro. Les Britanniques, qui non seulement ne veulent toujours pas y entrer mais souhaitent désormais sortir de la communauté économique, doivent financer leurs crédits consos à 6,65 %.

On observe également de grandes amplitudes sur les découverts bancaires et les crédits renouvelables. Si le ménage français paye sa trésorerie renouvelable à 6 % de moyenne, il reste bien en dessous des 7,4 % de la zone Euro. Que dire alors des ménages britanniques ayant du mal à joindre les fins de semaine, forcés d’accepter des taux de 9,73 % ?

Et encore quand ils le peuvent, car il y a 2 ans de cela les sociétés de crédit privées proposaient des prêts d’argent ultra chers.

Le crédit à la consommation en pleine progression

Tout le monde a ri haut et fort lorsque le Président François Hollande a annoncé que la France allait mieux. Et pourtant, force est de constater qu’effectivement beaucoup d’indicateurs sont dans le vert. La relance du crédit conso depuis le début de l’année, est sans doute l’un des signaux les plus optimistes.

Les chiffres officiels de la Banque de France font état d’une progression de +4,4 % de l’encours en mars 2016, à 153,4 milliards d’euros. La progression la plus spectaculaire est celle des crédits-bails, dont la souscription augmente de +33,3 % en 1 an, pour atteindre 7,1 milliard d’euros à la fin mars.

Ces chiffres sont le fruit du changement de comportement de l’emprunteur, face au financement de son véhicule personnel. Il préconise désormais la location avec option d’achat pour les voitures neuves, mais conserve le bon vieux crédit auto pour les modèles d’occasion.

Quoi de neuf du côté des promos ?