Accueil Actualités

Est-ce le dernier moment pour emprunter au meilleur taux ?

PARTAGER SUR
Si l'argent devient plus cher, les taux augmentent.

On y arrive finalement à cette fameuse moitié du mois d’octobre, censée être la dernière chance pour emprunter au meilleur taux. Après des mois de baisse, certains facteurs tendent à supposer que l’on ne descendra pas en dessous du plancher atteint le mois dernier. Effectivement ce n’est pas faux, mais en économie il ne faut jamais jurer de rien.

Ces facteurs qui ont poussé les taux à la baisse

Il faut remonter à la rentrée 2014 pour assister à la première baisse des taux. À cette époque la BCE (Banque Centrale Européenne) abaisse son principal taux directeur à 0,05 %, ce qui représente le taux auquel les banques de la zone euro peuvent emprunter.

Quelques mois plus tard le directeur de l’institution de Francfort, Mario Draghi, annonce un rachat de dettes des états membres. Un an plus tard l’infatigable stratège italien ouvre davantage les vannes, déversant de l’argent pas cher dans les coffres des banques. Tant et si bien que le mois dernier, on pouvait emprunter au meilleur taux de 1,44 % sur 25 ans.

Il faut dire qu’en septembre, la France a emprunté sur 10 ans au plus bas niveau de son histoire. Or le taux de rendement des obligations françaises à 10 ans, conditionne indirectement le taux de crédit immobilier des particuliers. Mais tout a une fin, et de cette fin on en parle de plus en plus.

Ces facteurs qui peuvent pousser les taux à la hausse

Après un très coûteux programme de rachat de dettes qui n’a rencontré qu’une moitié de succès, les ténors de la BCE pensent sérieusement à refermer le robinet. Une information savamment fuitée dans les bureaux de l’agence de presse Bloomberg, et reprise par les Échos. Dès lors que la BCE réduirait son programme de rachat de dettes, un effet mécanique pourrait créer une hausse des taux.

Certes Mario Draghi a encore plus d’un tour dans son sac, nous rassure le gouverneur de la Banque de France dans les colonnes du Figaro.Toujours est-il que le flot d’argent pas cher finit par poser des problèmes, à commencer par l’encadrement de l’assurance-vie en support euros. Enfin dernier argument pour la route : si les grandes enseignes ont atteint leurs objectifs à la fin octobre, elles vont être tentées de pousser leurs taux d’emprunt à la hausse. Ce (léger) durcissement de leurs conditions leur permettra de reposer leur personnel, mais surtout de récupérer de la marge.

Est-ce le dernier moment pour emprunter au meilleur taux ?

Si la BCE a affirmé son intention de mettre fin à sa politique monétaire en mars, cela ne veut pas dire que les taux bancaires vont grimper. Car il y a le Brexit définitivement en marche, et tous ces investisseurs institutionnels qui quittent la Grande-Bretagne pour se réfugier en Allemagne et en France. S’ils placent leurs fonds dans la dette des 2 moteurs de la zone euro, ils pourraient aider à maintenir les taux bas.

Et si la hausse intervient, elle ne sera que faible. Il est difficilement pensable de repasser au dessus des 2 % de moyenne avant de nombreux mois. N’oublions pas non plus la loi sur la mobilité bancaire, qui entrera en application le 6 février 2017. La menace de l’emprunteur mécontent qui dépose ses deniers auprès de la concurrence, se sera concrétisée.

Conclusion : oui il y a une réelle possibilité de remontée des taux, mais les plus malins sauront toujours emprunter au meilleur taux.

Profitez des offres :