Accueil Actualités Négocier un prêt

Qui emprunte encore avec un taux d’intérêt à 2 % ?

PARTAGER SUR
Ils sont de plus en plus à obtenir leur prêt immobilier en dessous de 2 % © .shock - Fotolia.com

Décidément la période est propice pour réaliser ses projets immobiliers. En avril le taux d’intérêt moyen est descendu à 1,81 %, atteignant même en moyenne 1,61 % sur 15 ans. Alors qu’il y a 2 ans on se demandait qui pouvait encore emprunter à 3 %, désormais ils sont de plus en plus nombreux à obtenir leur prêt en dessous de 2 %.

Taux d’intérêt à 0,92 % sur 15 ans, qui dit mieux ?

La Banque Centrale Européenne (BCE) injecte jusqu’à 80 milliards d’euros par mois dans le système bancaire, et l’argent devient moins cher. Même si le coût de la dette française a augmenté à fin avril, globalement les banques peuvent prêter bon marché, et force est de reconnaître qu’elles jouent le jeu.

D’après le relevé de l’observatoire CSA/Crédit Logement pour le mois d’avril 2016, le taux d’intérêt variable médian des meilleurs profils d’emprunteur sur 15 ans, s’établit à 0,92 %. Pour un prêt immobilier à 150 000 €, cela équivaut à des mensualités de 893 €, pour un coût total de 10 645 €.

S’il s’agit d’un investissement locatif avec un loyer brut de 5 %, soit 750 €, l’effort mensuel du propriétaire loueur n’est que de 193 €. Et encore, s’il utilise le levier fiscal de la loi Pinel, il se retrouve avec une plus importante capacité d’épargne.

Qui se contente encore d’un taux d’intérêt au-dessus de 2 % ?

Les analystes de l’Observatoire CSA/Crédit Logement, classifient les emprunteurs en 4 groupes, appelés quartile. Chaque quartile représente 25 % des emprunteurs, des meilleurs aux moins bons profils. À l’intérieur de chaque quartile on calcule un taux d’intérêt médian, ce qui signifie que la moitié des emprunteurs ont emprunté en dessous, et l’autre moitié au-dessus.

Or, avec 1,98 % sur 15 ans pour ceux du 4e quartile, on en déduit que 87,5 % de ceux qui ont emprunté sur cette période, ont eu un taux d’intérêt fixe inférieur à 2 %.

Sur 20 ans la médiane du 3e quartile est à 1,90 %, ce qui permet de penser que plus de 62,5 % des emprunteurs sur cette durée, l’on fait en dessous de 2 %.

Sur 25 ans les résultats ne sont pas mal non plus. Le taux d’intérêt fixe médian du 1er quartile, c’est-à-dire des meilleurs profils pour le mois d’avril, s’établit à 1,86 %. Cela veut dire qu’environ 25 % des ménages ayant souscrit un prêt immobilier sur 25 ans, l’on fait à moins de 2 %.

Une aubaine pour les secundo accédants

Les ménages déjà propriétaires, disposent de bonnes opportunités pour vendre afin d’emménager dans quelque chose de plus grand, de plus près, de mieux. Ils disposent d’un apport personnel important, via le capital remboursé sur leur prêt immobilier en cours, et qui sait, via une plus-value réalisée sur la vente de leur logement. Ils ne sont pas taxés dessus, car il s’agit d’une résidence principale.

Prenons l’exemple d’une famille en mesure de dégager 120 000 € de la vente de son appartement actuel, et cherchant à acheter une maison à 250 000 €. La banque va donc leur prêter une somme correspondant à environ la moitié de la valeur du bien hypothéqué, elle prend donc peu de risques. Elle va donc vraisemblablement les inclure parmi ceux du 1er quartile, avec un taux d’intérêt aux alentours des 1,32 % sur 15 ans.

Si l’on considère qu’il y aura 10 % de frais d’achat, le montant du crédit immobilier est donc de 155 000 €. Cela leur donnera des mensualités de 950 €, assurance emprunteur non incluse, pour un coût total d’environ 16 000 €.

Quoi de neuf du côté des promos ?