Accueil Actualités Obtenir un prêt

L’immobilier trop cher ne fait pas peur aux Français

PARTAGER SUR
Acheter son logement pour préparer son avenir : une tradition bien française.

Même si la baisse des taux permet à des revenus de 3000 €/mois d’emprunter 200 000 €, les acheteurs boudent toujours. D’après une étude réalisée par IFOP pour le réseau de courtiers CAFPI, 1 Français sur 2 juge l’immobilier trop cher. Cela n’empêchera pas 30 % d’entre eux d’acheter d’ici à 5 ans, même s’ils considèrent qu’il sera difficile de trouver le logement de leur rêve.

Hors du centre-ville, plus de 65 m² et sans travaux

Plus de 90 % des candidats acheteurs prennent leurs informations sur Internet. En effectuant une recherche géographique, ils comprennent vite qu’il y a des logements moins chers à 30 minutes de tramway.

Et il le faudra bien, car un sondage de CAFPI montre que 55 % des personnes interrogées trouvent l’immobilier trop cher. Et pourtant leurs ambitions sont à la hauteur de la réalité : seuls 17 % souhaitent s’installer en milieu urbain « dans une grande agglomération ». Ils sont 42 % à viser un logement en banlieue, une agglomération de taille moyenne leur suffira. Quant aux 41 % restants, ils ont pour projet de s’éloigner encore plus, dans une commune rurale.

D’autres suivront sans doute, si l’on se fie à un autre sondage du Crédit Foncier. Dans une description du parcours d’accession à la propriété sur 2015-2016, l’étude montrait que 32 % des acquéreurs  ont dû s’éloigner de leur zone géographique initiale de recherche.

Beaucoup devront considérer cette solution parmi les 38 % de candidats acheteurs qui souhaitent plus de 95 m². Pour 77 % des sondés, ce sera une surface de plus de 65 m², sinon rien.

Ils ne sont que 18 % à s’intéresser aux logements neufs, pour les 82 % restant un bien immobilier de 5 ans ou plus fera l’affaire. Mais quel que soit l’âge, l’emplacement et la taille de l’habitation, pour 84 % des acquéreurs potentiels c’est clair : peu ou pas de travaux.

L’immobilier est trop cher, les banques difficiles et la situation économique grave

Ça fait toujours plaisir de retrouver nos bons vieux compatriotes en pleine forme. Effectivement, le sondage de CAFPI nous apprend que le moral des Français reste bien bas. Alors que l’indice de confiance des ménages de l’INSEE montrait une nette amélioration en mai, les 2002 personnes interrogées par l’IFOP du 27 mai au 2 juin dernier, affichent un état d’esprit bien différent.

Elles sont 65 % à considérer que le pays est « encore en pleine crise », alors que 22 % pensent que le pire est derrière. On trouve tout même 12 % d’optimistes pour constater une amélioration progressive, et même le traditionnel 1 % à n’être pas du tout d’accord avec le gros de la troupe. Pour eux « la situation est plus favorable et la crise est finie ».

C’est ainsi que 65 % des sondés considèrent qu’il est difficile de devenir propriétaire. L’immobilier est trop cher pour 55 % d’entre eux, et les chiffres ont tendance à leur donner raison.

L’indice Notaires-INSEE sur l’immobilier ancien, montre que le prix du m² a grimpé de +0,5 % sur 1 an. Quant au rapport du ministère du logement, il pointe une inflation de +4,1 % sur les maisons neuves, et de +1,5 % sur les appartements.

Et pour ne rien arranger, 40 % pensent qu’il sera difficile de se faire financer auprès d’une banque. À leur décharge, il faut rappeler que les prix du m² augmentent plus vite que les revenus des ménages.

Pour autant le baromètre d’un autre réseau de courtiers, MeilleurTaux, constate que 33 % des primo accédant gagnent moins de 3000 €/mois.

Ils ne renoncent pourtant pas à devenir propriétaire

Les français ne sont pas têtus, ils sont persévérants. Ils ne se bloqueront pas sur l’immobilier trop cher, le sondage montre ainsi que 30 % d’entre eux ont l’intention de devenir propriétaire dans les 5 prochaines années. On notera toutefois qu’ils étaient 33 % au cours de l’édition de juin 2015.

On trouve également 14 % de ménages faisant part de leur projet d’investir dans l’immobilier. La préparation de la retraite est d’ailleurs présente chez 29 % des intentions d’achat, beaucoup de ménages considérant le locatif pour améliorer leur pension future.

Pour 55 % des sondés, il est nécessaire de devenir propriétaire pour se projeter dans l’avenir, malgré un contexte économique difficile. Il reste que 45 % d’entre eux sont informés sur un « marché en reprise », des « taux d’intérêt au plus bas », des « dispositifs attractifs », et souhaitent en profiter.

Quoi de neuf du côté des promos ?