Accueil Investissements immobiliers Loi Pinel

Investir pour sa retraite : oui mais du sûr et transmissible

PARTAGER SUR
Profiter des taux d'emprunt pour préparer sa retraite avec un minimum d'efforts

Le dernier sondage IFOP commandé par le Cercle de l’Épargne, est édifiant. Il montre que 51 % des retraités considèrent qu’ils ne perçoivent pas suffisamment de pension, et que 80 % des actifs pensent qu’il seront dans le même cas une fois leur tour venu. C’est dans cette optique que le ménage moyen s’intéresse davantage à l’immobilier locatif afin d’investir pour sa retraite. Et au vu des taux d’emprunt d’aujourd’hui, il peut le faire avec moins de 300 €/mois.

Investir dans l’immobilier pour sa retraite à taux fixe

L’avantage du marché bancaire français, par rapport à ceux de ses voisins, et que les crédits immobiliers se remboursent à taux fixe. Un acheteur peut donc profiter des conditions avantageuses d’aujourd’hui, et les conserver au cours des 20 prochaines années. Ce n’est pas le cas en Espagne, pas non plus en Allemagne, et encore moins au Royaume-Uni.

D’après les derniers chiffres du ministère du logement, le prix moyen d’un studio neuf s’établit à 4773 €/m² en France. En considérant une surface moyenne de 29 m², en prenant en compte des frais d’achat de 5 %, l’investissement se porte à 145 000 €. Les banques acceptent de prêter sans apport personnel dans le cadre d’immobilier locatif, car un loyer vient compenser l’effort financier mensuel.

En se basant sur des loyers bruts de 3,5 % du prix du logement, avant charges de copropriété et avant impôts, on obtient ainsi des revenus locatifs de 400 €/mois. En utilisant notre simulateur de mensualités, on s’aperçoit que sur 25 ans les échéances sont de 639 €, l’investisseur doit donc rajouter 239 €/mois de sa poche, hors assurance, hors charges de copropriété et hors fiscalité.

S’il choisit de rembourser sur 20 ans, avec des mensualités de 732 €, son effort personnel monte à 332 €. S’il emprunte sur 15 ans, ses mensualités seront de 915 €, pour un effort personnel mensuel de 515 €.

Dans tous les cas de figure, cet effort s’allégera dans le temps, car si les mensualités sont fixes, le loyer augmente en fonction de l’indice IRL de l’INSEE.

Facile à transmettre et sécurisé

Le sondage IFOP pour le compte du Cercle de l’Épargne, montre que 63 % des ménages souhaitent être propriétaire pour mieux préparer leur retraite. Puis la 2e place du podium des précautions à prendre revient à l’immobilier locatif, considéré par 31 % des sondés comme le meilleur moyen d’investir pour sa retraite.

Ces derniers sont d’ailleurs 41 % à apprécier l’aspect transmissible des biens immobiliers. Car le complément de pension amené par le loyer se transmet intégralement au dernier vivant, puis par la suite aux héritiers. Ce n’est pas le cas dans une assurance vie avec sortie en rente, ni dans un plan d’épargne retraite.

Les parents peuvent par ailleurs démembrer leur investissement locatif, puis conserver l’usufruit pour transmettre la nue-propriété à leurs enfants. Au décès du dernier vivant, ces derniers récupèrent la pleine propriété sans droits de succession.

Tout aussi important dans l’échelle des préférences, vient la volonté d’un placement sûr. Car 72 % des sondés jugent « qu’il y a un risque réel de faillite » pour le régime général des retraites. Quant aux régimes complémentaires, 74 % ne donnent pas cher de leur peau.

C’est dans ce contexte que la pierre apparaît comme une valeur sûre. Attention toutefois, un bien immobilier peut perdre de la valeur à court terme, c’est ce qui arrive en ce moment dans certaines villes. Toutefois conservé au-delà de 10 ans, le risque est minime.

Investir pour sa retraite : le rendement n’est pas primordial

Le sondage nous montre un fait plutôt surprenant. Parmi les personnes interrogées qui opteraient l’immobilier locatif, seules 18 % sont attirées par « un meilleur rendement ». Au contraire, parmi ceux qui choisissent les produits financiers, 41 % sont justement attirés par le retour sur investissement. Un résultat qui interpelle, car seuls 11 % des sondés s’attendent à une hausse des revenus distribués par les placements en assurance-vie.

Le rendement est donc peu important pour qui veut investir pour sa retraite, et pourtant les rendements de l’immobilier locatif approchent les 5 %. Car l’État a ajouté une mesure phare pour doper la construction : la loi de défiscalisation Pinel. Un ménage peut ainsi investir dans la pierre, tout en diminuant ses impôts, augmentant ainsi son pouvoir d’épargne, et donc sa capacité d’investissement.

Quoi de neuf du côté des promos ?