Accueil Consommation

Le taux des prêts à la consommation remontent, mais les ménages ont le moral

PARTAGER SUR

Le chômage a progressé de +4,6 % sur 1 an, mais cette fois-ci les Français sont blasés. Les enquêtes de conjoncture de l’INSEE montrent que leur moral est au plus haut depuis octobre 2007, et qu’ils dépensent davantage pour s’équiper, surtout en voiture neuve. C’est dans ce contexte que le taux de prêt à la consommation moyen augmente légèrement, tout en restant sous son niveau de mars.

Le taux de prêt à la consommation moyen remonte légèrement

la Banque de France avait constaté une baisse constante du TEG (Taux Effectif Global) des prêts amortissables à la consommation depuis le mois de mars. À cette époque la moyenne était à 4,92 %, puis est descendue jusqu’à 4,33 % en juillet, un ajustement pour le moins spectaculaire en juste 5 mois.

Et la stratégie a porté ses fruits, car la consommation est repartie au 2e et 3e trimestre, mais sans créer d’inflation sur 1 an. Sans doute est-ce le constat du redémarrage qui a permis aux banques de prendre un peu d’air, et de légèrement rehausser leur TEG à 4,57 % au mois d’août.

La recette a continué de fonctionner car les Français ont emprunté pour 4,2 milliards d’euros de crédits à la consommation, ce qui est moins bien qu’en juillet (4,5 milliards d’euros), mais mieux qu’au mois de mars.

Les ménages français ont le moral

Les Français continuent d’ouvrir leur porte-monnaie, au mois d’août le taux de croissance annuelle brute des crédits de trésorerie atteignait +3,5 %. Si leur consommation est restée stable en août, vacances oblige, mesurée sur 3 mois elle progresse de +0,7 % par rapport aux 3 mois précédents.

Cet été les Français ont augmenté leurs dépenses en textile (+2 %), ils ont acheté plus d’automobiles qu’au mois de juillet, et plus généralement ont dépensé davantage pour les produits raffinés. C’est qu’ils ont la pêche nos contemporains, l’indice de l’INSEE sur la confiance des ménages de septembre 2015 « augmente de 3 points et atteint 97, son plus haut niveau depuis octobre 2007 ».

Et tout y passe : plus de confiance en leur capacité d’épargne, plus d’optimisme sur leur situation financière. Il faut dire que le gouvernement est de leur côté, à l’image du ministre des finances M. Michel Sapin qui retoque un projet de fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu. Et que fait un foyer lorsqu’il a confiance en ses capacités financières ? Il épargne et il achète une voiture.

Décollage des ventes de véhicules

Avec le coût des produits pétroliers en baisse de -12,5 %, on a envie de se faire plaisir. Désormais le développement de la LOA (Location avec Option d’Achat) oblige les sociétés de crédit à pratiquer des taux canon pour contrer cette concurrence, et le consommateur en ressort gagnant.

Alors les constructeurs automobiles et les concessionnaires se frottent les mains, les ventes de voitures particulières ont encore progressé de +9,1 % en septembre 2015, par rapport à la même période l’année dernière. Et là encore aucun segment n’est épargné, avec un bond de +18,5 % des ventes de véhicules industriels de plus de 5 t. Signe que les entreprises elles aussi ont le moral, les ventes de véhicules utilitaires légers et de véhicules mixtes augmentent de respectivement +8,6 % et +9 %.

Et en plus le Législateur est du côté du consommateur. Récemment la commission des finances de l’Assemblée nationale a rejeté un amendement qui proposait de taxer davantage le gazole. Que des bonnes nouvelles donc, et échéance électorale oblige, tout porte à croire que le porte-monnaie de l’électeur sera choyé dans le budget 2016.

Quoi de neuf du côté des promos ?