Accueil Actualités

St George Wharf : une tour fantôme à 1 milliard d’euros

PARTAGER SUR
Près d'un milliard d'euros d'appartements vendus, dont une poignée seulement sont occupés.

Elle élève ses 50 étages à 180 m au-dessus de la Tamise, tous les 214 appartements sont vendus, et presque tous sont vides. Car plus de la moitié du St George Wharf est la propriété d’étrangers, par le biais de sociétés offshores opaques. Une situation courante à Londres, à laquelle le nouveau maire compte bien s’attaquer.

Des appartements de luxe désespérément vides

La tour St George Wharf de Londres pourrait figurer parmi les étapes de la visite guidée de l’immobilier sale. On commencerait par le Penthouse de 66,3 millions d’euros et 5 étages, qui culmine tout en haut du gratte-ciel, propriété d’un mogul des engrais chimiques et ami de Vladimir Poutine : Andrei Guriev. Mais personne ne se souvient d’y avoir vu âme qui vive, comme le rapporte une enquête du Guardian.

Car effectivement lorsque l’on contemple le St George Wharf la nuit, on constate que les appartements éclairés sont minoritaires. Un businessman singapourien du nom de Chong Meng, a d’ailleurs avoué aux enquêteurs ne passer que 2 fois par an dans sa luxueuse habitation à 3,38 millions d’euros.

Même s’il y était plus souvent, il ne risquerait pas de rencontrer son voisin le roi nigérien Ebitimi Banigo. L’ancien directeur de l’ancienne banque (maintenant en faillite) All States Trust Bank n’y est pas non plus résident.

Les 2/3 du St George Wharf sont la propriété de sociétés offshore

N’allez pas croire que le St George Wharf n’est constitué que d’habitations luxueuses. D’après les chiffres du Guardian, seuls 4 appartements ont été vendus au-delà de 13 millions d’euros. Mais si 128 unités ont été acquises entre 754 000 € et 2,6 millions d’euros, pour ce prix ne vous attendez pas à une vue sur la Tamise.

Une situation que condamne le nouveau maire de Londres, décidé à partir en croisade contre la flambée des prix de l’immobilier dans la capitale anglaise. Aucune chance pour que les habitants du St George wharf ne se vengent aux urnes, car seuls 20 parmi les 214 appartements du complexe sont inscrits sur les listes électorales. Et pour cause, près des 2/3 sont la propriété de sociétés offshore, établies dans des paradis fiscaux.

Alors pour lutter contre ces investisseurs fantômes, Sadiq Khan entend réserver la vente immobilière aux résidents du Royaume-Uni, au moins pendant les 6 premiers mois. Pas sûr toutefois que les 20 000 appartements de luxe de l’ensemble Nine Elms actuellement en construction, ne trouvent preneur parmi le travailleur londonien moyen.

Quoi de neuf du côté des promos ?