Accueil Consommation

Le taux du crédit à la consommation augmente

PARTAGER SUR
La hausse du taux du crédit à la consommation n'affecte pour l'instant pas les dépenses des ménages.

Dans un contexte où les dépenses des ménages repartent, on se prenait à rêver d’une baisse du taux du crédit à la consommation. Mais il n’en est rien, la Banque de France montre qu’il a au contraire fortement augmenté en août, au risque de gripper la grande machine. S’il reste en dessous de son niveau de l’année dernière, il pourrait avoir à redescendre pour soutenir l’économie.

Le taux du crédit à la consommation reste bas

D’après les chiffres de la Banque de France, le taux moyen des nouveaux crédits conso obtenus en août, grimpe à 4,19 % contre 3,98 % juillet. Une hausse plutôt brusque, qui gomme les baisses constatées au cours des 3 derniers mois. Le consommateur se consolera en se rappelant que le TEG moyen reste en dessous des 4,57 % constatés l’année dernière à la même époque. Il se rappellera également que depuis 1 an la moyenne est descendue sous les 5 %, conséquence positive du coûteux rachat de créances de la Banque Centrale Européenne.

C’est donc la fin (provisoire ?) d’une période de baisse du taux du crédit à la consommation, entamée depuis janvier 2016. Lorsqu’il avait atteint son plancher record de 3,98 % en juillet, on pouvait s’attendre à ce qu’il reste sous la barre des 4 % afin de soutenir l’économie. Ce ne fut pas le cas, mais il est difficile de dire si le consommateur a sanctionné ce comportement.

Baisse de la souscription des nouveaux crédits à la consommation

Ne soyons pas rabat-joie, l’économie repart. L’INSEE constate que la consommation des ménages en biens « rebondit en août 2016 (+0,7 %) », notamment du fait des ventes de voitures neuves (+3,1 %) et des achats de biens fabriqués (+0,9 %). Même le budget pour l’équipement du logement se redresse (+0,9 %), malgré les vacances d’août.

C’est dans ce contexte que la production de crédits à la consommation se porte bien, en croissance de +5,6 % sur 1 an à la fin août. Pour autant le compteur grimpait à +5,9 % en juin, il semblerait donc que la machine ralentit. En outre les ménages français ont souscrit pour 4,4 milliards d’euros de prêts amortissables à la consommation, sans compter la trésorerie renouvelable. Cela représente 300 millions d’euros de moins qu’en juillet, et 700 millions d’euros de moins qu’en juin.

Toutefois eue égard à la saisonnalité, il est difficile d’affirmer que la brusque hausse du taux du crédit à la consommation a obligé les ménages à repousser leurs projets. Les mois qui suivent pourraient voir banques et sociétés de crédit proposer des taux promotionnels. Dans le cas contraire, le consommateur risquerait de se mettre en position d’attentisme, jusqu’à ce que les conditions du marché lui conviennent.

Profitez des offres :