Accueil Consommation

Les taux immobiliers remontent, l’économie française aussi

PARTAGER SUR
La hausse des salaires pourrait compenser la remontée des taux d'emprunt immobilier.

C’est confirmé par le premier réseau de courtiers en crédit immobilier de France : les taux d’emprunt remontent officiellement. Rien de bien méchant cela dit, et surtout la croissance française pourrait permettre d’absorber cette baisse supposée de pouvoir d’achat. Car qui l’eût cru, entre la consommation des ménages et l’évolution des salaires : la France va mieux.

Hausse inévitable des taux immobiliers

Les cycles économiques sont des vagues, la rentrée 2016 a vu le niveau des taux des crédits immobiliers atteindre le creux. En novembre le record toute catégorie fut battu à 1,31 % de moyenne, mais le marché ne pouvait pas en rester là. Par un mécanisme de vases communicants dépendant principalement du rendement de la dette française à 10 ans, les taux ont fini par remonter.

Le premier réseau de courtiers de France, CAFPI, constate une hausse sur 10 ans, 15 ans et 20 ans. Très peu toutefois, pas encore suffisamment pour faire baisser les prix des logements. Sur 25 ans la tendance des taux reste toutefois baissière, particulièrement grâce au maintien du prêt à taux zéro pour les primo accédants. Ce dispositif finance 40 % du coût d’un projet d’accession sans intérêts, pour des ménages n’ayant pas été propriétaire de leur résidence principale au cours des 2 dernières années.

Voilà qui tombe à pic, car davantage de jeunes ménages pourraient devenir solvables en 2017.

Les Français gagnent plus et consomment plus

Si c’est la Banque de France qui le dit, ça doit être vrai. D’après l’indicateur conjoncturel paru le 16 décembre dernier, le salaire mensuel de base de l’ensemble des salariés augmente de +1,2 % en glissement annuel. En parallèle l’inflation gagne +0,7 % sur la même période, soit +0,6 % hors énergie et alimentation.

Les ménages seraient donc plus riches que l’année dernière, même si cela n’apparaîtrait pas comme une évidence pour nombre de lecteurs. Et pourtant ils en ont globalement profité pour consommer davantage. Depuis le début de l’année ils ont dépensé 1,5 % de plus qu’en 2015.

Le résultat est un redémarrage de la croissance, qui va de 1,2 % pour l’INSEE et l’OCDE, à 1,4 % selon les chiffres du gouvernement. La Banque de France, le FMI et la Communauté Européenne coupent la poire en  deux : 1,3 %. On ne va donc pas gâcher notre plaisir, d’autant plus que tous s’accordent à dire que les exportations vont grimper en 2017, et même en 2018.

De quoi déboucher le champagne pour les fêtes de fin d’année, en espérant que la courbe du chômage s’inversera un jour.

Quoi de neuf du côté des promos ?

Posez vos questions, commentez