Accueil Actualités Négocier un prêt

Une semaine cahoteuse pour les taux d’emprunt immobilier

PARTAGER SUR
La tendance des taux fait encore le yo-yo, mais avec plus d'ampleur.

La semaine dernière a prouvé, si besoin était, que les marchés financiers sont imprévisibles. Alors que le Brexit faisait naître des signes de baisse sur les taux d’emprunt immobilier, il semble que l’effet ait vite été consommé. Depuis le 5 octobre, la tendance pointe à la hausse, mais rien n’est encore joué.

Et soudain la France emprunte 2 fois plus cher sur 10 ans

Comme nous le soulignons toutes les semaines, les taux d’emprunt immobilier sont liés à la variation du coût de la dette française à 10 ans. Plus le rendement est élevé, plus les taux font de même et vice versa. La journée du 28 septembre marquait ainsi un record d’emprunt à la baisse, quand tout s’inversa une semaine plus tard.

Alors que le 4 octobre le rendement de la dette française à 10 ans était faiblement à 0,158 %, voici qu’il passe le lendemain à 0,326 %. Le coût des obligations d’État fini même par atteindre 0,366 % le 12 octobre. Un niveau qui n’était pas arrivé depuis le 24 juin.

Les taux d’emprunt immobilier vont-ils remonter ?

Le fait que le rendement de la dette française à 10 ans fasse le yo-yo, n’est pas nouveau. Toutefois une hausse de cette ampleur ne s’est pas produite au cours des 6 derniers mois. Si le coût des obligations françaises à 10 ans reste au-dessus de 0,3 % pendant les 30 prochains jours, irrémédiablement les taux d’emprunt immobilier remonteront.

Cet ajustement peut être immédiat, ou prendre quelques semaines. Car c’est oublier la féroce concurrence que pratiquent les banques entre elles pour amener les primo accédants dans leurs agences. S’il doit effectivement y avoir une remontée des taux, la première à la pratiquer sera la première à considérer qu’elle a atteint ses objectifs.

Seulement voilà, une hausse généralisée provoquerait immédiatement un ralentissement du marché immobilier. En conséquence le chiffre d’affaires des banques sur les crédits à l’habitat diminuerait, au moment le moins propice. L’observatoire CSA/Crédit Logement constate que le nombre de prêts immobiliers accordés en septembre, baisse de -4,2 % par rapport à l’année dernière.

On le dit et on le répète, si hausse des taux d’emprunt immobilier il y a, elle ne pourrait être que modérée, voire limitée, voire si faible que les nouveaux emprunteurs ne seront finalement pas perdant.

Profitez des offres :