Accueil Consommation

Les Français ont emprunté 1051 milliards d’euros de crédits

L’économie française semble continuer sur sa lente voie de guérison, si l’on en juge par le retour des Français vers le crédit. Les chiffres de la Banque de France montrent que les ménages ont davantage eu recours à l’emprunt en novembre, portés sans doute par une diminution du coût de la vie, et une stabilisation de leur moral.

Toujours plus de crédits immo et conso

En novembre 2015, l’encours de crédit à l’habitat et à la consommation augmentait de +4,1 % par rapport à novembre 2014, pour s’établir à 1051 milliards d’euros. Le taux de croissance annuelle brute des prêts de trésorerie atteint +4,9 % en novembre, après avoir crû de manière stable à +4,3 % en septembre et octobre. Selon les chiffres de la Banque de France, la production des crédits à l’habitat continue sa lente ascension, s’établissant à +3,8 % en novembre, après +3,7 % en octobre.

Signe encourageant pour l’économie donc, dans un contexte où toutefois l’inflation n’arrive pas à décoller. L’INSEE constate que le coût de la vie a baissé de -0,2 % en novembre par rapport à octobre, pour finir de manière stable sur les 12 derniers mois.

Par ailleurs, l’institut des statistiques voit que le moral des ménages est stable au mois de décembre. Les Français considèrent même que leur situation financière future pourrait s’améliorer, à la fin de l’année ils étaient plus nombreux qu’en novembre « à considérer comme opportun de faire des achats importants ».

Ils sont également de plus en plus nombreux à penser qu’il est « opportun d’épargner », tandis que la majorité d’entre eux considère que leur capacité d’épargne de décembre est stable par rapport au mois précédent.

Contexte de remontée des taux d’emprunt en novembre

Les 4,5 milliards d’euros de prêts amortissables à la consommation souscrits en novembre, l’ont été à un taux supérieur à celui d’octobre. La Banque de France constate que le taux conso effectif moyen s’est établi à 4,66 %, au plus haut depuis 6 mois, contre 4,32 % en octobre. Cet important ajustement de 34 points de base n’a apparemment pas découragé les consommateurs.

Il est vrai que ces derniers ont subi la même tendance du côté des crédits à l’habitat. Le taux effectif moyen est remonté à 2,36 % durant le mois de novembre, alors que les taux immobiliers dans l’accession sont repartis à la baisse en décembre.

Le rachat de crédit immobilier perd du terrain

En novembre, l’encours des crédits à l’habitat a atteint 862 milliards d’euros, un bon chiffre qui masque une baisse des nouveaux crédits, dont le montant s’établit à 15,3 milliards d’euros en novembre, après 17,7 milliards d’euros en octobre. Selon la Banque de France, cet ajustement ne serait pas dû à un désintérêt des Français pour la pierre, mais à une baisse de la production des rachats de crédit immobilier.

En novembre ce secteur ne représente plus que 37 % des nouveaux crédits à l’habitat, contre 40,3 % en octobre. L’explication est simple : la plupart des ménages ont profité de la baisse des taux pour renégocier leur crédit immobilier. Il ne reste aujourd’hui que peu de dossiers viables, ceux dont les emprunteurs avaient obtenu un taux nominal de 3,5 % ou plus.

Posez vos questions, commentez

commentaires