Accueil Actualités Obtenir un prêt

Le 19 mars, la France empruntera à 0 %

Ministère des finances, Bercy
Plus qu'un arrêté ministériel, et on y sera.

L’Agence France Trésor annonce l’émission de dette à 0 % le 19 mars, avec remboursement du capital sans intérêts le 25 février 2018. Certains y voient la conséquence directe de l’opération QE menée par la BCE (Banque Centrale Européenne) et se frottent les mains. Le monde de l’immobilier attend beaucoup de la baisse des taux qui s’annonce, bien partie d’ailleurs pour battre un nouveau record en mars.

Un emprunt de plusieurs milliards d’euros à 0 %

Jeudi 19 mars prochain, l’État français proposera l’émission d’Obligations Assimilables du Trésor remboursables à 5 ans à 0 %. Traduction : le contribuable va emprunter plusieurs milliards d’euros qui lui seront réglés le 23 mars suivant, et qu’il devra rembourser le 25 février 2018, le tout sans verser aucun centime d’intérêt.

C’est le résultat du programme de rachat massif de dette souveraine par la BCE, auquel les économistes donnent le nom de Quantitative Easing (QE). Étant donné que la planche à billets garantit les remboursements de la dette des pays membres de la zone euro, le risque diminue et les prêteurs sont en mesure d’accepter un rendement moindre. Ils acceptent d’ailleurs déjà un rendement négatif dans le cadre de la dette de 1 mois à 2 ans, et certains avancent que la dette allemande à 10 ans pourrait flirter avec les 0 % sous peu.

Vers des taux de prêt immobilier encore à la baisse ?

Lorsqu’il s’agit d’emprunter pour sa dette publique, la France se défend plutôt bien. Après avoir émis des OAT 10 ans au taux record de 0,466 %, mercredi 11 mars dernier l’exploit fut réitéré avec cette fois un rendement de 0,42 %.

La bonne nouvelle pour les vendeurs immobiliers, les banques, les courtiers mais surtout pour l’emprunteur, est que cette baisse du rendement de l’OAT pourrait fort bien s’accompagner d’une nouvelle baisse des taux de prêt immobilier moyens.

Après 2,21 % en février, les taux actuels pourraient donc encore descendre, facilitant toujours plus l’investissement, la primo et la secundo accession. Oui mais voilà, jusqu’à quand ?

À quel moment les banques vont-elles arrêter de jouer le jeu ?

Moins les sources de financement des banques sont bon marché, plus elles prêtent à taux bas, et plus elles entament leur marge. À un moment donné les prêteurs vont devoir appuyer sur le bouton stop. Certains avancent le risque qu’elles soient de plus en plus sélectives sur le profil des emprunteurs, préférant les ménages ayant une certaine capacité d’épargne et de consommation de produits bancaires.

Le programme de rachat de crédit de la BCE a donc débuté ce mois-ci, pour un budget de 60 milliards d’euros par mois pendant 18 mois. Les détracteurs comme l’Allemagne mettent en avant le fait que certains pays de la zone euro vont en profiter pour s’endetter à bas prix, plutôt que de pratiquer la rigueur budgétaire.

Toutefois si l’opération réussit elle pourrait ramener de la croissance. L’impression massive de monnaie devrait créer de l’inflation, et l’afflux de cette énorme quantité de devise sur les marchés financiers devrait provoquer son effondrement.

Les exportateurs commencent déjà à se frotter les mains, les économistes espèrent que lorsqu’elles renoueront avec les bénéfices, les entreprises embaucheront pour créer un peu plus de croissance.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires