Accueil Placer son argent 20 % des achats de Bitcoin se font à crédit, une bombe...

20 % des achats de Bitcoin se font à crédit, une bombe financière ?

mis à jour: vendredi 9 février 2018
Le Bitcoin, cette bombe à retardement
Investir dans un produit ultra volatile avec un crédit ? !

Le Bitcoin a perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l’année, et beaucoup d’investisseurs y ont laissé des plumes. Le problème est que 20 % des achats en Bitcoin ont été effectués à crédit, comme le révèle une étude CoinDesk. Or les investisseurs n’arrivent pas tous à rembourser. Ajoutez à cela la protection des achats contre les arnaques, et l’on obtient un cocktail explosif qui fait trembler les plus grandes banques mondiales.

Acheter du Bitcoin à crédit, quel est le problème ?

L’information est parue hier sur le très sérieux média financier Bloomberg, citant une étude de CoinDesk, site d’information spécialisé dans les crypto-monnaies.

En janvier 20 % des achats de Bitcoin auraient été effectués à crédit, vraisemblablement au travers de cartes bancaires.

Le problème est que cette monnaie virtuelle est extrêmement volatile, le marché entier peut perdre de la valeur comme c’est arrivé il y a quelques semaines. Un investisseur achetant du Bitcoin à crédit et n’ayant pas de capital pour pour rembourser, se heurte à un défaut de paiement.

Ainsi au début janvier le Bitcoin avoisinait les 13 000 €, alors qu’il se situait ce matin au-dessus de 6600 €. Celui qui a acheté en janvier a donc perdu de l’argent. S’il ne dispose pas de liquidité pour rembourser le crédit qu’il a souscrit pour ses Bitcoins, il est en faillite.

Il n’y a rien de grave pour une banque si un seul emprunteur se trouve en défaut de paiement. En revanche s’ils sont plusieurs la situation devient dangereuse, et c’est justement ce qu’il risque de se produire.

Plus de la moitié des crédits Bitcoin sont remboursés

L’étude de CoinDesk lâche une bombe. Sur la totalité des acheteurs ayant souscrit un crédit pour acheter du Bitcoin, plus de la moitié rembourse effectivement. Si l’autre moitié se trouvait en défaut de remboursement, les conséquences pourraient être catastrophiques.

Entre les politiciens corrompus qui blanchissent leur argent et les investisseurs, les places de marché peuvent échanger plus de 725 millions d’euros de bitcoins en 1 journée. Si l’on en croit les statistiques de CoinDesk, 145 millions d’euros de Bitcoins seraient donc achetés à crédit. En cas de défaut de paiement de 40 % des investisseurs, les banques accuseraient une perte de 58 millions d’euros en une seule journée.

Si effectivement 20 % des achats de Bitcoin ont été effectués depuis les 3 derniers mois, cela représenterait une perte de 5,2 milliards d’euros.

Pour rappel, l’affaire Kerviel avait fait perdre 5 milliards d’euros à la Société Générale. Cette simple perte aurait suffi à créer une crise financière. Un danger que les grandes banques mondiales prennent très au sérieux, d’autant plus qu’il y a la protection de l’acheteur.

Des banques interdisent l’achat de Bitcoin avec carte de crédit

Si vous achetez un objet sur Internet avec votre carte de crédit, vous bénéficiez de la protection du consommateur, c’est la loi. Ainsi au cas où l’objet commandé n’est pas arrivé, votre banque est obligée de vous rembourser. La même règle s’applique aux crypto-monnaies, les acheteurs se faisant arnaquer sur Internet peuvent réclamer un remboursement.

Il n’en fallait pas plus à JP Morgan, Citigroup et Bank of America pour bloquer l’achat de monnaie virtuelle avec carte de crédit. Car le risque de crise financière mondiale est bien réel. Aujourd’hui le Bitcoin représente une capitalisation boursière au-dessus de 112,2 milliards d’euros. C’est plus que McDonald.