Accueil Investissements immobiliers

9739 appartements neufs pour baisser ses impôts de 2015

L’engouement des ménages pour l’investissement locatif a permis aux promoteurs de vendre près de 14 000 appartements neufs aux investisseurs, au 2e trimestre 2015. Préparer sa retraite, payer moins d’impôts et héberger ses proches sont les principales motivations des parents. Toutefois s’ils veulent diminuer leur imposition de 2015, il leur faudra mettre en location avant la fin de l’année. C’est possible grâce à l’offre commerciale de 9739 appartements neufs livrés, et prêts à être loués.

Acheter et louer pour baisser ses impôts

Le succès de la loi Pinel s’est fait ressentir dès la fin de l’année 2014. C’est à l’automne que le dispositif de défiscalisation de la ministre du logement fut définitivement adopté. Les particuliers ayant signé leur avant-contrat à partir du 1er septembre 2014, avait déjà la possibilité de mettre en location pendant 6 ans, 9 ans ou 12 ans.

Dès lors que le propriétaire bailleur respecte le plafond de loyer et choisit des locataires dont les ressources ne dépassent pas le barème du logement intermédiaire, il bénéficie d’une remise directe sur le montant de ses impôts sur le revenu.

Cette défiscalisation annuelle correspond à 2 % du prix du bien immobilier acquis, pour toute mise en location de 6 ans ou 9 ans. Puis le taux descend à 1 % de la 10e à la 12e année.

Ainsi un ménage achetant un appartement à 150 000 € et percevant son premier loyer avant le 31 décembre, diminuera ses impôts de 2015 de 3000 €.

Acheter un logement neuf achevé pour réduire ses impôts de 2015

Il n’est pas nécessaire d’avoir de hauts revenus pour s’assurer un complément de retraite de 500 € grâce à investissement locatif. Toutefois pour bénéficier du dispositif Pinel sur ses impôts de 2015, il est impératif de mettre en location avant la fin d’année.

Celles et ceux qui s’y sont pris au printemps avaient pu trouver des programmes immobiliers livrables avant l’hiver, quant aux autres qui reviennent tout juste de vacances, il leur reste les logements achevés et livrés.

Selon la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers), au trimestre dernier il y aurait 9739 appartements neufs livrés mais non encore vendus. En acheter un permettrait à l’investisseur de mettre en location au plus vite, et d’appliquer son droit à la défiscalisation sur sa déclaration de revenus de 2015.

À ce stade il est important de rappeler que les invendus ne sont que trop rarement les meilleures opportunités d’investissement. Avec des ventes à l’investisseur en hausse de +52 % par rapport au 2e trimestre 2014, ceux qui s’y sont pris plus tôt on acheté les meilleures unités.

Il est ainsi difficile de trouver des invendus le plus proche du centre-ville, des universités et des commerces. Il s’agit la plupart du temps d’appartements neufs situés dans un ensemble résidentiel en proche périphérie.

Sur quel budget faut-il tabler et où faut-il acheter ?

Si l’on se réfère aux chiffres du ministère du logement, les prix des studios ont augmenté de près de +6 % en 1 an. Cette variation traduit incontestablement l’engouement des investisseurs pour les petites surfaces. Selon les promoteurs, au 2e trimestre il fallait prévoir 4722 €/m² en Île-de-France, et 3634 €/m² en province, tous types et toutes surfaces confondues. Pour la FPI l’évolution serait de +1 %, chiffre qui se rapproche de celui du ministère du logement, qui constate une augmentation de +1,1 % pour les appartements.

Mais il ne s’agit que d’une moyenne, de grandes disparités géographiques apparaissent. Ainsi les promoteurs signalent un prix moyen de 2973 €/m² dans l’aire urbaine d’Angers, en baisse de -3,1 % sur 1 an. L’Île-de-France présente un certain intérêt eu égard aux mouvements de population, pour qui est prêt à payer 4722 €/m², en hausse de +1,1 %.

Mais le prix ne doit pas être la seule motivation pour investir dans le locatif, un bon placement immobilier prend en compte plusieurs paramètres.

Aujourd’hui encore les taux d’emprunt restent très attractifs, même s’ils ont déjà amorcé leur remontée. Les banques aiment financer les investissements locatifs, il arrive même qu’elles ne demandent pas d’apport lorsque le profil des demandeurs leur est attractif.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires