Accueil Actualités Assurances crédits

Nouveau : une assurance emprunteur sans examen médical

Plus besoin de consacrer du temps à une visite médicale pour assurer son crédit ?

L’assureur MetLife France vient de sortir une nouvelle police, permettant d’assurer un crédit immobilier sans avoir recours à l’examen médical. Les intéressés devront remplir un questionnaire, mais le directeur général, Joël Farré, affirme être en mesure de couvrir les risques aggravés de santé. Un pas de plus dans l’assurance emprunteur pour les malades et anciens malades.

Jusqu’à 1 million d’euros d’indemnisation couverts par le contrat

MetLife est une société de droit irlandais, géant de l’assurance, affichant aujourd’hui « 100 millions de clients à travers 50 pays ». Sa branche française vient de sortir un nouveau contrat d’assurance emprunteur, pour lequel aucune visite médicale n’est exigée.

Disponible depuis le 6 juillet, cette formule nommée Super Novaterm Crédit permet ainsi de couvrir un crédit immobilier à hauteur d’1 million d’euros pour un assuré de moins de 46 ans. La tranche d’âge au-dessus pourra bénéficier d’une couverture de 500 000 € pour les moins de 56 ans.

Pour Joël Farré, directeur général de MetLife France, l’assureur « s’appuie sur son expérience en acceptation médicale, notamment sur les risques aggravés de santé, pour étudier chaque dossier et élaborer une solution ».

L’aspect pratique est indéniable, mais on aurait aimé connaître les garanties couvertes par le contrat.

L’assurance emprunteur et les problèmes de santé

Si l’accès au crédit immobilier concerne davantage de ménages dû à la baisse des taux, certaines personnes se voient encore claquer la porte au nez. Le principe d’une assurance emprunteur étant de se substituer à l’acheteur en cas d’incapacité à rembourser suite à un événement de la vie, il est inévitable que l’assureur prenne ses précautions.

Pour remédier à ces refus, la plupart des sociétés du marché se sont regroupées au sein de la convention AERAS. Les candidats emprunteurs présentant des problèmes de santé aggravés ont la possibilité de faire valoir leur droit à l’assurance, et disposent même d’une commission de conciliation.

Mais si au final ils obtiennent un contrat pour couvrir leur emprunt, la prime peut se montrer élevée, même lorsque le malade est guéri. Pour y remédier, un accord sur une prescription a été signé entre divers acteurs, sa portée devrait évoluer au cours des prochaines années.

Posez vos questions, commentez

commentaires