Accueil Consommation Augmentation des salaires : ce qui vous attend en 2019

Augmentation des salaires : ce qui vous attend en 2019

mise à jour: 14 février 2019
Plus d'argent en poche en 2018 ?
Plus d'argent en poche en 2018 ?

C’est une bonne nouvelle, les revenus des ménages devraient s’améliorer en 2019. Et l’on ne parle pas de dispositifs d’État, mais bien de vraies augmentations de salaire prévues par les entreprises. Il y aura toutefois des différences entre les secteurs d’activité et les régions, alors que des écarts persistent entre hommes et femmes sur le marché du travail.

Augmentation des salaires de +2,5 % en 2019 ?

De nombreux cabinets d’études en ressources humaines sont d’accord pour dire que la crise économique de 2008 a pris fin l’année dernière. D’après Willis Towers Watson, les salaires ont ainsi progressé de +2,4 % en 2018. Pour le baromètre Expectra il s’agirait même d’une augmentation de +2,7 % (source : studyrama.com).

Et à la lecture des prévisions pour les 12 mois à venir, la fête n’est pas terminée. Les DRH interrogés par Willis Towers Watson ont prévu des augmentations de salaire de +2,5 % en 2019. Mais certains secteurs en profiteront plus que d’autres, d’ailleurs l’INSEE et l’OFCE s’attendent à un pouvoir d’achat en évolution inégale cette année.

Ainsi les revenus devraient grimper de +3 % dans la distribution. En cause : une forte concurrence qui oblige les entreprises à casser leur tirelire pour conserver les talents.

Dans le secteur des services financiers, 1/4 des entreprises a l’intention d’augmenter les salaires de +3 % pour les cadres. Pourtant ces derniers feraient mieux d’aller travailler dans le BTP, l’étude d’Expectra anticipe une hausse de +4,5 % de leurs revenus.

Dans celui des nouvelles technologies, les employés devraient voir leur bulletin de salaire augmenté de +2,6 % cette année.

Les moins optimistes sont les DRH des secteurs du transport et de l’assurance. Si les employeurs prévoient eux-aussi d’augmenter les salaires, ils se limiteront à respectivement 2,3 % et 2,2 %.

Des revenus inégaux selon les régions et le genre

On ne gagne pas la même chose selon que l’on habite en Auvergne ou en Île-de-France, c’est ce que confirme la dernière édition du Guide des Salaires.

Ainsi un comptable percevrait en moyenne de 27 173 € à 38 800 € par an, selon son ancienneté. Un chargé de communication serait rémunéré de 33 779 € pour les plus jeunes, à 47 046 € en moyenne pour les moins jeunes.

Mais ces salaires moyens varient à la hausse ou à la baisse selon les régions. En Haute et basse Normandie ils se situeraient ainsi à 11 % en dessous de la moyenne nationale (coefficient 0,89).  Les mensualités qu’ils sont capables de payer sont donc plus faibles que celles des foyers d’Île-de-France (coefficient 1,22), mais en revanche les prix de l’immobilier sont beaucoup plus bas.

En revanche dans les Midi-Pyrénées les salariés seraient rétribués 10 % au-dessus de l’ensemble de leurs compatriotes (coefficient 1,10).

Si ces différences s’expliquent par les variations du coût de la vie par département, en revanche rien ne peut expliquer les différences de salaire entre hommes et femmes. L’étude montre ainsi un écart global de -18 % en défaveur des salariées, avec au bout du compte des inégalités de chances pour les enfants des femmes seules, puisque financer les études est souvent un casse-tête.

Le pire des secteurs semble être l’administratif, où le salaire d’un homme atteindrait 42 337 € contre 29 683 € pour une femme, soit une différence de 30 % ! On notera également le secteur des finances avec son grand écart de 29 %, ou encore les ressources humaines qui rétribuent les hommes 25 % mieux que les femmes.

Dans ce contexte on applaudit l’assistanat et le secrétariat, dans lesquels les salaires des femmes sont 1 % plus élevés que ceux des hommes.