Accueil Actualités Obtenir un prêt

Le coût du crédit immobilier baisse de 30 % en 1 an

PARTAGER SUR
Financer l'achat d'un logement coûte beaucoup moins cher que l'année dernière.

Comme on s’y attendait, le taux immobilier moyen est encore descendu de juillet à août. D’après l’observatoire CSA/Crédit Logement, il était à 2,36 % en octobre 2015 et finit à 1,48 % le mois dernier. Conséquence : le coût du crédit chute de -30 %, même en tenant compte de la hausse des prix du m².

La preuve par le calcul

Les données les plus récentes sur l’évolution des prix des logements, nous viennent du baromètre LPI SeLoger. À la fin du mois d’août, les membres du réseau constataient une progression de +1,7 % dans l’ancien, et de +2,3 % dans le neuf. D’après les données récoltées, un appartement ancien de 70 m² vaudrait aujourd’hui 243 390 €, Paris et province confondue. Pour la même surface neuve, il faudrait compter 360 640 €.

En se tenant aux chiffres du baromètre LPI SeLoger, l’année dernière ces 2 logements valaient respectivement 239 320 € et 352 530 €. D’après l’observatoire CSA/Crédit Logement, en octobre 2015 le taux immobilier moyen s’établissait à 2,36 % sur 20 ans.

À cette époque les mensualités sur l’appartement ancien étaient donc de 1251 €/mois, pour un coût du crédit immobilier de 61 137 €. Pour le même logement en VEFA, il fallait débourser 1843 €/mois, pour un coût de 90 057 €.

Aujourd’hui le taux moyen sur 20 ans descend à 1,57 %. En comptant la hausse des prix du m², les échéances sur l’appartement ancien tombent ainsi à 1182 €/mois, et le crédit ne coûte plus que 40 366 €. Pour l’appartement neuf les mensualités descendent à 1713 €/mois, l’emprunteur paiera ainsi 59 813 € d’intérêts sur 20 ans.

Pour l’appartement ancien le coût du crédit immobilier baisse de -34 %, et de -33,5 % pour la même surface neuve.

Hausse des prix du m², baisse du coût du crédit immobilier

D’après le baromètre LPI SeLoger, c’est à Nîmes que les prix des appartements anciens ont le plus augmenté. Ils ont subi +23,4 %, pour finir à 1870 €/m². Et pourtant grâce à la baisse des taux, les nîmois bénéficient d’une baisse de -20 % sur le coût d’un crédit immobilier pour un appartement ancien de 70 m².

C’est encore mieux à Lyon. Avec 3970 €/m², le budget a donc gagné +1,9 % en 12 mois. Mais qu’importe, car l’acheteur empoche une économie de –34 % sur le montant des intérêts bancaires.

À Perpignan, les emprunteurs peuvent déboucher le champagne. Les prix des appartements anciens ont chuté de -6,9 % en 1 an, s’établissant à 1573 €/m². Au final, ils vont jusqu’à diminuer le coût d’un crédit immobilier de 40 % en 12 mois.

En supplément de ces chiffres plutôt ahurissants, il convient de noter que si le montant moyen des transactions immobilières augmente, il ne s’agit pas forcément de la valeur intrinsèque des logements. Il est fort possible que les ménages acquièrent des appartements et des maisons mieux placés, plus grands, justement grâce à la baisse des taux.

Si en définitive la valeur réelle de la pierre ne variait que très peu, la baisse du coût du financement serait encore plus importante.

Posez vos questions, commentez

commentaires