Accueil Actualités

Pour qui baissent les taux de prêt immobilier en juillet 2015 ?

Le rapport de l’Observatoire CSA/Crédit Logement sur les taux d’emprunt immobilier de juin crée la surprise. Alors que l’on s’attendait à ce qu’ils remontent, voilà que finalement ils continuent de descendre, pour se stabiliser à une moyenne de 1,99 %. Mais derrière cette impression de continuité d’une tendance à la baisse, se cache la réalité du marché. Si les taux descendent, c’est uniquement pour les logements neufs et l’achat avec travaux.

Les taux sur l’immobilier ancien remontent au-dessus des 2 %

Alors qu’il y a encore 2 mois les taux de prêt immobilier dans l’ancien étaient descendus à 1,9 %, désormais ils remontent à 2,02 %. En revanche ce n’est pas le cas pour les marchés du neuf et des travaux, qui perdent 2 points de base le mois dernier. Ces différences entre ces 3 segments sont tout simplement dues à l’équilibre entre l’offre et la demande.

Peu de ménages peuvent se permettre d’acheter un logement auprès d’un promoteur. Le dernier baromètre LPI SeLoger fait état d’un écart de 25 % entre le prix d’un appartement neuf et ancien. Ajoutons à cela l’insuffisance de constructions en France, et l’on obtient des transactions majoritairement orientées vers le bâti. Et puisque les banques doivent désormais faire face à une avalanche de demandes de prêts immobiliers, elles peuvent se permettre d’augmenter légèrement leurs taux, c’est la loi de l’offre et la demande.

Les taux descendent dans l’immobilier neuf et l’ancien

La moyenne des taux passe donc de 2,07 % à 2,05 % dans le neuf, et l’on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’apparente augmentation des prix du m², rapportée par l’observatoire LPI SeLoger. Selon les études du professeur d’économie Michel Mouillart, sur les 3 derniers mois les prix des appartements neufs ont gagné +0,9 %, et les maisons neuves +0,1 %. On reste toutefois dans une configuration de baisse des prix sur 1 an, mais le rapport anticipe une continuité de la hausse cet été.

Le marché des travaux continue de bénéficier de très bonnes conditions d’emprunt, en descendant à 1,91 %. C’est dommage que les acheteurs moyens ne veulent pas s’embêter avec des rénovations, car l’achat d’ancien avec travaux peut coûter moins cher.

Les banques dynamisent toujours le marché de l’immobilier

Force est de constater que les banques n’ont pas abusé du retour massif des acheteurs. Et pour ne rien gâter elles ont continué à diminuer l’apport personnel des emprunteurs. Au cours des 6 premiers mois de 2015, ces derniers ont pu apporter 10 % de moins que leurs contemporains du 1er semestre 2014.

Et si l’on est loin du pic de 2011, la production de crédits immobiliers est montée sur réacteurs. D’avril à juin, le nombre de prêts accordés a augmenté de +48,1 %, et le montant prêté a gagné +62,2 %. Ce genre de reprise qualifiée de « spectaculaire » par le rapport CSA/Crédit Logement, n’est pas nouveau. Le phénomène s’était déjà produit en juin 2010 et juin 2013, un mois décidément favorable au financement d’un projet immobilier.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires