Accueil Consommation

Budget des ménages : insuffisant pour 1 famille sur 4

PARTAGER SUR
Pour 1/4 des ménages, Il n'est pas facile de joindre les 2 bouts.

Le chômage perd du terrain, la croissance revient, mais la situation financière des Français ne s’améliore pas pour autant. D’après une enquête CSA pour Cofidis, le découvert bancaire vient combler le manque de budget des ménages, pour près d’1 famille sur 2. Des chiffres qui reflètent bien l’appétit du consommateur pour les prêts de trésorerie.

Fins de mois difficiles pour 1 Français sur 4

Le sondage commandé par la société de crédits Cofidis auprès de CSA, porte sur « un échantillon de 1001 français représentatifs de la population ». Il date de la fin août et confirme une autre enquête effectuée pour le compte d’une banque en ligne.

En ce moment même, 1 Français sur 5 s’apprêterait à se trouver dans le rouge. Rien d’étonnant, car le budget des ménages ne permet qu’à 31 % d’entre eux de boucler juste leur fin de mois. Pour 1 famille sur 4, il faudra avoir recours à de la trésorerie le temps de franchir la dernière semaine. C’est sans doute ce quart de Français qui selon le sondage, se voit « glisser dans la pauvreté ». Dans ce tableau plutôt noirci, seuls 40 % d’entre eux parviennent à se créer une épargne.

Le découvert pour combler le budget des ménages

D’après les derniers chiffres de la Banque de France, il y avait 45,6 milliards d’euros de comptes ordinaires débiteurs à la fin juin. Rien qu’à Paris, le montant total des découverts bancaires est 8 fois plus élevé que dans toute la région PACA. Pour Cofidis, le montant moyen du découvert s’établit à 360 €, et 46 % des Français « y ont recours au moins une fois par an ».

Ils n’en nourrissent pour le moins pas de rancune envers leurs banques, car pour 46 % d’entre eux il s’agit d’un outil de gestion du budget des ménages « comme un autre ». Prudents tout de même, ils sont 49 % à rappeler qu’il ne s’agit que d’une solution de secours.

Sur ce point la directrice du marketing de Cofidis, Céline François, lance un avertissement : « Il est intéressant de noter que les Français continuent de considérer le découvert comme un moyen « gratuit » de boucler leur fins de mois. Pourtant, comme un crédit, il est soumis à des intérêts (agios), dont on occulte l’existence. »

Le dangereux recours aux crédits de trésorerie

Emprunter pour rembourser, telle est la mauvaise idée qu’ont eue 69 % des personnes déclarées en surendettement l’année dernière. Alors que le taux moyen d’un découvert bancaire était de 6,33 % en juin (source : Banque de France), il est courant de trouver des crédits renouvelables dont le TEG dépasse les 15 %.

On compte ainsi un encours moyen de 13 800 € de dettes de crédits renouvelables dans les dossiers de surendettement, ce qui ne représente pas moins de 23,1 % des crédits de consommation impayés. Toujours d’après les chiffres de la Banque de France, les ménages en difficulté vont même jusqu’à en souscrire plus de 3 en même temps, en suivant la bonne vieille méthode du trou que l’on creuse pour en combler un autre. À la fin, on finit par tomber dedans.

Il manque 464 € dans le budget des ménages

Quand les fins de mois sont difficiles, les Français sacrifient leurs loisirs. D’après l’enquête réalisée par CSA, les foyers seraient plus heureux avec 464 € supplémentaires. Très peu les épargneraient, car 51 % des sondés les injecteurs est dans leur budget loisir. En second lieu ils penseraient à l’équipement de la maison, l’habillement, et seuls 28 % en profiteraient pour améliorer l’ordinaire au repas du soir.

Car justement le budget alimentation des ménages ne risque pas de s’améliorer. D’après l’INSEE, les prix des produits frais ont bondi de +10,8 % au cours des 12 derniers mois. Plus généralement l’alimentation coûte 1,5 % plus cher qu’il y a 1 an. Heureusement que le coût des produits pétroliers dégringole de -5 %, et que par effet indirect celui des transports s’améliore de -2,5 %. Mais d’un autre côté, le coût de la communication a gagné +2,5 %, ce qui ne va pas arranger le budget des ménages.

Posez vos questions, commentez

commentaires