Accueil Anciens articles La carte de crédit entre particuliers cartonne en Grande-Bretagne

La carte de crédit entre particuliers cartonne en Grande-Bretagne

mise à jour: 1 mai 2019
Payer par carte de crédit
Entre particuliers ou de banque à clients, un crédit reste un crédit.

Ça vous dirait d’avoir une somme d’argent disponible à tout moment au travers d’une carte de crédit ? Cette approche commerciale est une technique si efficace, qu’une start-up a déjà vendu 530 000 cartes de crédit entre particuliers. À un tel point que l’on se demande où commence et où s’arrête l’économie réelle.

Revolut, la carte de crédit entre particuliers

Prenez d’un côté la start-up LendingWork, qui propose à des Anglais investisseurs de prêter à des particuliers compatriotes. Jusque-là rien de nouveau, les Français et les Italiens font de même via Younited Credit. L’argument derrière l’opération est que l’on ne passe pas par des banques, l’argent investi par le particulier prêteur va directement dans l’économie réelle.

Le concept plaît tellement qu’une autre start-up anglaise, Revolut, a décidé d’apporter une technique commerciale bien connue des banques traditionnelles. On connaît déjà le prêt personnel sans justificatif de dépense, certes cher mais que l’on peut utiliser comme on l’entend. Voici désormais la carte de crédit entre particuliers, qui permet à un Anglais d’emprunter à un autre Anglais pour dépenser ce que bon lui semble.

Emprunter plus de 5700 € en 3 clics de Smartphones

On ne demande pas beaucoup de renseignements à qui veut bénéficier des service de la carte de crédit entre particuliers de Revolut. L’utilisateur indique son salaire, son adresse, et on le croit sur parole. Il effectue une rapide simulation qui lui indique à quel taux il peut emprunter à d’autres particuliers, des sommes allant de 570 € à plus de 5700 €. S’il accepte, il reçoit sa MasterCard chez lui dans les 48 heures.

Avec elle il peut régler toutes sortes d’achat sur Internet, il peut charger son compte PayPal, il peut prêter de l’argent ou même en réclamer. Et comme Revolut joue la carte de la transparence, l’historique des achats et le solde disponible apparaît sur l’appli.

D’ailleurs l’utilisateur remboursera effectivement ce crédit personnel moins cher, que s’il l’avait obtenu dans les mêmes conditions auprès d’une banque ou d’une société de crédit. Revolut prétend ainsi ne coûter que 52 £ pour un prêt de 1000 £, là-où une banque lui en réclamerait 120 £. Il reste à préciser que le coût du crédit serait beaucoup moins cher, si l’emprunteur prenait le temps de réunir toutes les pièces du dossier demandé par un conseiller clientèle suspicieux.

Une carte de surendettement entre particuliers ?

Avant d’utiliser ce système qui ne tardera pas à débarquer de ce côté-ci de la Manche, l’emprunteur doit se rappeler le principe de l’économie réelle. Certes dans ce concept l’argent passe directement du producteur au consommateur, ou du particulier au particulier, mais il est utilisé à bon escient. Souscrire un crédit afin de faire des travaux d’isolation pour alléger sa facture énergétique, c’est de la logique économique. Emprunter pour acheter une voiture afin de se déplacer, ce n’est pas logique car le véhicule se déprécie. C’est pourtant inévitable, et surtout plus intéressant que de le louer.

Utiliser un prêt personnel pour payer une note de restaurant, un week-end au bord de la mer ou une télé neuve, est déraisonnable. Non-seulement l’emprunteur dépensera plus que la valeur marchande du bien de consommation acquis, mais surtout la nouvelle télé aura peut-être perdu la moitié de sa valeur une fois qu’elle sera finie de payer. Quant au service comme un voyage, une fois qu’il est consommé il n’existe plus et ne vaut donc plus rien.

Le concept de Revolut propose clairement un prêt de trésorerie entre particuliers, qui peut être moins cher qu’une banque. Mais la configuration de l’application pourrait pousser l’emprunteur à utiliser ses crédits sur des services et des biens de consommation périssables. Même entre particuliers un crédit doit se rembourser. Ainsi l’amoncellement de dépenses inutiles, même financées par des particuliers, peut pousser un ménage au bord du surendettement.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de