Accueil Immobilier Central Park Tower : la folie d’un promoteur new-yorkais ?

Central Park Tower : la folie d’un promoteur new-yorkais ?

mise à jour: 19 décembre 2018
Central ParkTower
Photo source : Extell Development Company.

La plus haute tour de New York s’appellera la Central Park Tower. Elle culminera à 472 m, et offrira près de 113 000 m² pour un total de 4 milliards de dollars. Mais avant cela il faudra vendre tous les appartements, or un site spécialisé démontre que le challenge défie les statistiques.

Premier prix : 1,5 millions de dollars pour 52 m²

Le promoteur Extell n’en est pas à son coup d’essai. En 28 ans son fondateur Gary Barnett a construit plus d’1,8 millions de mètres carrés. C’est notamment dans sa tour One57 qu’un Penthouse s’est vendu pour 100,5 millions de dollars, le plus cher de New York.

Et son dernier projet en date, la Central Park Tower, en offrira pour tous les gros budgets. Les surfaces disponibles vont du studio au Penthouse de 1480 m², comme le rapporte le blog ny.curbed.com. Comptez 1,5 millions de dollars pour un petit appartement de 56 m², et 95 millions de dollars pour un Penthouse de 743 m². Quant à la supère surface de 1500 m², son prix n’a pas été encore rendu public.

Si tous les appartements se vendent, le promoteur aura engrangé un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars. Pour l’instant la construction avance, les ventes devraient démarrer à la fin de l’année. Et c’est là que le promoteur devra déjouer les statistiques.

Vendre 26 appartements à 99 000 US$/m² ?

Le catalogue de la Central Park Tower inclus un prix moyen de 78 000 US$/m². Mais il ne s’agit que d’une moyenne, car en réalité 26 unités seront proposés au-dessus de 99 000 US$/m². Or après s’être penché sur les ventes des 5 dernières années, le site therealdeal.com émet des doutes.

Selon les recherches de l’auteur Elizaneth Solomont, il n’y a eu que 71 ventes au-dessus de 30 millions de dollars à Manhattan depuis 2012. Et encore, seules 21 ont atteint les 40 millions de dollars, et seules 13 unités ont dépassé les 60 millions de dollars. Le promoteur Extel devra donc vendre le volume des 5 dernières années dans une seule tour.

Or le pic du marché de l’immobilier de luxe à New York se situait en 2015. Même à cette époque seules 4 ventes de 60 millions de dollars ou plus ont été recensées. Depuis le début de l’année, les promoteurs ont tout de même réussi en vendre 3. On pense notamment aux 2 unités au-dessus de 70 millions de dollars du 520 Park Avenue.

Qui achète des appartements pour des dizaines de millions de dollars ?

Les promoteurs d’immobilier de luxe ne sont pas tombés de la dernière pluie. Ils disposent d’un fantastique réseau d’apporteur d’affaires, copieusement rémunérés dans la plus grande légalité. On ne peut pas toujours en dire autant de la fortune des acheteurs, comme en témoigne les sociétés écran propriétaires à Londres.

Mais ce ne sont pas toujours des ministres de pays émergeant au sous-sol riche. On compte également des fonds d’investissement qui misent sur la sécurité de la pierre new-yorkaise. Avec un bon montage, il est quasiment impossible de savoir qui sont les investisseurs. Et sous l’ère de Donald Trump il y a peu de chances pour que les promoteurs jouent la transparence.