Accueil Actualités Obtenir un prêt

C’est officiel : les taux de crédit immobilier remontent

Le doute n’est plus permis après la parution du taux de prêt immobilier moyen, calculé par le premier organisme de cautionnement de France : Crédit Logement. En juillet la barre s’est rehaussée à 2,06 %, contre 1,99 % le mois précédent. Si cet ajustement reste de faible ampleur, il commence déjà à influer sur la durée des remboursements.

Davantage recours aux prêts immobiliers sur 20-25 ans

La capacité de remboursement des ménages détermine le montant maximum des mensualités dont ils peuvent s’acquitter. Lorsque les taux sont bas, cette mensualité comprend une part de capital plus élevée, permettant de rembourser plus rapidement. Dès lors que les taux commencent à remonter, les emprunteurs dont la capacité est la plus faible sont obligés de rallonger la durée des remboursements pour réaliser leurs projets.

Ainsi en juillet davantage de contrats sur 20 à 25 ans ont été signés (35,8 % contre 34,5 % le mois dernier), alors que la part des contrats de 15 à 20 ans est en diminution (27,7 % contre 30,1 % auparavant).

Le vent commence à tourner, toutefois le rapport de l’observatoire CSA/Crédit Logement précise que le niveau des taux immobiliers d’aujourd’hui représente toujours un gain de pouvoir d’achat de 10 % par rapport à fin 2013.

Une hausse lente et modérée pour les prochains mois

les bonnes nouvelles sur le terrain de la crise grecque permettent aux banques d’envisager le long terme avec optimisme. Ainsi « les taux longs ont nettement reflué durant la seconde quinzaine de juillet », ce qui permet d’amortir la tendance générale.

Toutefois au vu des mécanismes de l’offre et de la demande, les banques rehaussent légèrement leurs taux, afin d’endiguer l’afflux massif de demandes de financement, mais également de consolider leurs marges. Le marché entre donc effectivement dans une période haussière, mais qui se déroulera de manière « lente et modérée ».

D’ailleurs en juillet le taux moyen de 2,06 % ne représente que 5 points de base d’augmentation. En supplément lorsque l’on regarde les chiffres de plus près, les conditions restent inchangées dans l’accession dans le neuf avec 2,10 %, et ne se dégradent que de 7 points de base dans l’accession dans l’ancien, avec 2,09 %. Quant au marché des travaux il est toujours attractif avec 1,98 %, lui aussi en hausse de 7 points.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires