Accueil Placer son argent Comment les charges de copropriété amputent vos revenus locatifs

Comment les charges de copropriété amputent vos revenus locatifs

Finalement les charges de copropriété ne sont pas si élevées à Paris.

Dans un investissement immobilier, c’est au propriétaire bailleur de s’acquitter des charges de copropriété. Ces dernières diminuent le rendement et augmentent l’effort personnel, pouvant représenter plus de  16 % des revenus locatifs. Emprunter Malin vous présente le classement annuel des villes où elles pèsent le plus sur les loyers perçus.

À quel pourcentage correspondent les charges de copropriété sur les revenus locatifs ?

1 Bordeaux 12,2 %
2 Paris 12,7 %
3 Montpellier 13,6 %
4 Toulouse 14,3 %
5 Lyon 14,4 %
6 Rennes 14,7 %
7 Nantes 14,9 %
8 Lille 15,8 %
9 Marseille 16,2 %
10 Nice 16,7 %

Méthodologie: les charges de copropriété sont tirées du classement de MeilleureCopro. Les loyers moyens sont tirés des chiffres de l’observatoire CLAMEUR. Le calcul de la part que prennent les charges de copropriété au sein des revenus locatifs est effectué comme suit : (montant des charges / loyers annuels) x 100. Dans la réalité le poids des charges de copropriété sur le rendement locatif peut être différent.

Première moitié du palmarès : 14 % et moins

À Bordeaux les charges de copropriété sont parmi les plus faibles de France, inversement proportionnel au prix élevé des logements bordelais. Les propriétaires ne payent que 20 €/m² par an pour des revenus locatifs mensuels de 13,60 €/m², soit 163,2 €/an. Les charges ne privent l’investisseur que de 12,2 % de ses revenus locatifs.

Paris prend la 2ème place du classement. Posséder un appartement dans la plus belle ville du monde se paye, les propriétaires déboursent en moyenne 1851 € par an. Plus précisément, les charges de copropriété représentent 40 €/m²/an dans la capitale. À raison d’un loyer annuel moyen de 314,40 €/m², elles représentent donc 12,7 % des revenus locatifs.

Montpellier se place 3e. Les charges de copropriété se limitent à 23 €/m² par an, pour des loyers annuels moyens de 168 €/m². Elles ne pèsent que 13,6 % sur les revenus locatifs de l’investisseur.

Les propriétaires bailleurs de Toulouse ne s’en sortent pas trop mal. Leur copropriété ne leur coûte que 22 €/m² par an, pour des rentrées annuelles de loyer de 153,6 €/m². L’entretien et le fonctionnement de l’immeuble coûtera tout de même 14,3 % de leurs revenus locatifs.

Lyon arrive juste derrière dans la course au rendement locatif. Les charges de copropriété moyennes sont de 23 €/m² par an, pour des loyers de 159,6 €/m²/an. Elles ne taillent les revenus fonciers que de 14,4 %, ce qui est sans doute mieux que dans le Genevois frontalier.

2e moitié du palmarès : bien au-delà de 14 % de 16 %

Les propriétaires de Rennes doivent s’attendre à verser 22 €/m² et par an à leur copropriété. Si l’on compte des revenus locatifs annuels moyens de 148,8 €/m², cela fait un poids de 14,7 %.

À Nantes les charges de copropriété ne coûtent que 22 €/m² et par an. Les locataires versent en moyenne 147,6 € par mètre carré à l’année, les charges enlèvent donc 14,9 % des loyers perçus.

À Lille le baromètre MeilleureCopro constate des charges de 26 €/m². C’est beaucoup par rapport à des loyers annuels moyens de 164,4 €/m². Les dépenses de fonctionnement et d’entretien représentent donc 15,8 % des revenus fonciers. À ce niveau les loyers impayés font mal au portefeuille.

Même son de cloche à Marseille, où les investisseurs immobiliers devront s’attendre à 25 €/m² et par an. C’est toutefois beaucoup pour les 153,6 € de loyer annuel. Les charges de copropriété marseillaises vont ainsi consommer 16,2 % des revenus du propriétaire bailleur.

Posséder un bien immobilier à 2 h des pistes de ski et à 10 minutes des plages, ça se mérite. À Nice les charges de copropriété coûtent 33 €/m² par an. Les loyers reviennent à 196,8 €/m² par an, les charges de copropriété représentent donc 16,7 % des loyers.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de