Accueil Consommation 812 millions de cartes de paiement dans l’Union Européenne

812 millions de cartes de paiement dans l’Union Européenne

mise à jour: 17 septembre 2018
Paiement en ligne par carte de crédit
La carte de paiement représente près de la moitié des transactions scripturales de l'Union Européenne.

La monnaie scripturale (ou dématérialisée) reste la préférée des citoyens de l’UE. D’après la BCE (Banque Centrale Européenne), il y aurait même 1,6 cartes de paiement par européen. Nous nous en servons de plus en plus, à un tel point que les paiements de masse ont représenté 44 000 milliards d’euros parmi les citoyens des 28 pays membres.

1,6 cartes de paiement par habitant

L’année dernière, les cartes de paiement ont représenté 52 % des paiements scripturaux dans toute l’Union Européenne. Les Européens ont ainsi augmenté leurs dépenses par carte de +7,9 %, injectant 134 milliards d’euros de plus dans l’économie. Et comme il fallait bien fournir ce circuit grandissant, le nombre de carte a grossi de +2 %.

D’après la BCE, il y aurait ainsi 812 millions de cartes de paiement dans l’UE pour 513 millions d’habitants. Faites le compte, cela représente 1,6 par tête, un chiffre identique à celui de l’année dernière.

En 2017 les citoyens de l’UE ont ainsi dépensé 3100 milliards d’euros avec leur petit bout de plastique. Mais ils ne l’utilisent pas forcément pour les gros achats, le montant moyen d’une transaction se limite à 44 €. Car l’européen utilise de moins en moins sa carte de crédit pour retirer de l’argent, même si les Français restent attachés au paiement en espèces.

Explosion du nombre de terminaux points de vente

Les cartes de paiement peuvent être utilisées dans un GAB (Guichet Automatique Bancaire), ou directement chez le commerçant via un terminal point de vente. Pour autant il semble que les banques misent de moins en moins sur le premier. L’année dernière leur nombre a diminué de -1 %, il n’en reste plus que 403 000 unités, soit 1 pour 2015 cartes.

En revanche le nombre de terminaux points de vente a bondi de +9,9 %. Forts des nouvelles dispositions de sécurité, y en aurait aujourd’hui 13,5 millions dans toute l’Union Européenne. Faites le compte, cela en fait 60 par carte de paiement, de quoi éviter (en théorie) les files d’attente à la caisse.

Et ça marche, la BCE a pu compter 57 milliards de transactions au travers des systèmes de paiement de masse. Au nombre de 43 dont 22 dans la zone euro, ces derniers traitent les paiements « d’une valeur relativement faible ». À l’échelle de l’UE, cela représente tout de même un volume total de 44 milliards d’euros, dont 72 % dans l’union européenne.

Mais il y a également ceux qui utilisent le paiement scriptural pour des grosses sommes. S’ils sont moins nombreux (il n’y a que 12 systèmes), ils ont tout de même véhiculé 702 000 milliards d’euros (oui, vous avez bien lu) au moyen de 842 millions de transactions. Faites le compte, cela correspond à 833 729 € par transaction.

Virer de l’argent plutôt que de signer un chèque

Le 2e moyen de paiement scriptural des Européens est le virement bancaire. Tantôt gratuit tantôt payant, il est responsable de 24 % des transactions en 2017. L’année dernière le nombre de virements a progressé de +5,5 %, permettant ainsi de véhiculer 32,1 milliards d’euros. Vient en 3e le prélèvement automatique, qui représente 19 % des paiements scripturaux de l’Union Européenne.

En revanche rien ne va plus pour le chèque, dont l’utilisation ne cesse de régresser depuis le début du siècle. Avec une proportion d’utilisation proche des 2 %, on compte 1 paiement par chèque contre 10 paiements par voie électronique.