Accueil Actualités Obtenir un prêt

Les banques assouplissent les conditions des prêts immobiliers

Les conditions d’attribution des prêts immobiliers sont en train de s’améliorer. La durée des remboursements a tendance à s’allonger, pour un coût global quasiment inchangé et surtout pour moins d’apport. Les chiffres montrent que les banques acceptent aujourd’hui plus de dossiers, et les indicateurs portent à penser que la tendance pourrait même s’améliorer en 2015.

Les banques prêtent avec moins d’apport

Si l’apport personnel reste toujours une condition sine qua non pour l’accession à la propriété, son montant diminue de -4,2 % sur 1 an. Ces chiffres procurés par le rapport CSA/Crédit Logement, traduisent la volonté des banques d’accepter le retour des primo-accédants : « on observe que le mouvement de dégradation des flux de la primo accession des ménages jeunes ou modestes qui s’observait depuis 2011, est enrayé ».

Les prêts immobiliers à long terme sont de retour

De novembre à décembre, le nombre de prêts immobiliers remboursables de 25 à 30 ans est passé de 17,6 % à 18,9 %. Plus précisément, 53,8 % des montants prêtés se rembourseront sur plus de 20 ans, et 19,5 % concernent des durées supérieures à 25 ans.

Car grâce à de meilleures conditions de financement bancaire, les prêteurs peuvent  aujourd’hui assouplir les leurs.

Le 5 janvier dernier, leur principale source de financement qu’est l’OAT 10 ans (obligation de l’État français remboursable en 10 ans) a elle aussi atteint un nouveau record à la baisse. À cette date, la France a pu emprunter à 0,786 % sur les marchés financiers. Les banques peuvent ainsi se financer auprès de l’État pour accorder des crédits à l’habitat avec des marges plus importantes, et de fait leur niveau de risque s’en trouve diminué.

Le coût des prêts immobiliers reste inchangé

Les conditions d’octroie des prêts à long terme sont donc moins drastiques, et les emprunteurs ne voient que peu de différence de coût avec un remboursement à moyen – long terme. En revanche, rembourser sur de nombreuses années leur permet une diminution des mensualités, et donc un gain en pouvoir d’achat.

La preuve en est que le coût relatif moyen ne passe que de 3,75 années de revenus en novembre, à 3,76 en décembre. Dès lors que le prêt immobilier coûte moins cher, les ménages – et particulièrement les primo accédants – peuvent se permettre d’allonger la durée des remboursements, et donc d’acheter ce qu’ils ne pouvaient pas se permettre quelques mois auparavant.

Les banques accordent plus de prêts immobiliers

L’assouplissement des conditions pour obtenir un prêt immobilier débouche comme de logique sur une augmentation des dossiers acceptés. Au cours du dernier trimestre 2014, le nombre d’emprunteurs a grossi de +3,3 %, pour un montant total prêté en hausse de +11 %.

Les banques ont été particulièrement actives dans le domaine de l’immobilier neuf, avec une acceptation de dossiers de financement progressant même de +9,7 %, pour un encours total en hausse de +15,7 %.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires