Accueil Consommation Financement auto

La consommation des ménages plombée par l’énergie

La hausse des prix de la pompe pourrait fausser les chiffres de la croissance.

L’évolution de la consommation des ménages de janvier, pourrait faire croire à la croissance. Pourtant si les dépenses des Français augmentent en 1 an, le pôle énergie y est pour quelque chose. De là à dire que les taxes sur le pétrole jouent beaucoup sur La hausse du PIB, il n’y a qu’un pas.

Le prix du pétrole et la consommation des ménages

En février 2017 l’INSEE constate que les prix à la consommation augmentent de +1,2 % sur 1 an. Mais cette inflation est particulièrement tirée vers le haut par le coût de l’énergie, en progression de +11,4 %. Dans ce contexte on ne s’étonnera pas que les dépenses de consommation des ménages en produits énergétiques progressent de +10,1 % par rapport à janvier 2016.

Lorsque l’on regarde les chiffres de plus près, on voit que les Français ont moins dépensé en produits fabriqués (-0,7 %), particulièrement en équipement du logement (-1,7 %). L’industrie semble être sauvée par les dépenses en automobile, qui représentent même +2,1 % sur les 3 derniers mois, par rapport aux 3 mois précédents. Les taux d’intérêt au plus bas depuis des décennies ont facilité les dépenses en biens d’équipement.

L’augmentation du prix de l’énergie risque d’ailleurs de peser davantage sur l’inflation. L’INSEE constate ainsi que les coûts de production sur le marché français de l’industrie, gagnent +3,3 % sur 1 an. Plus précisément, fabriquer des produits issus de la cokéfaction et du raffinage coûte désormais 63,1 % plus cher.

Le poids des taxes sur l’énergie dans la progression du PIB

L’année 2016 fut plutôt bonne pour l’économie. L’INSEE constate que le PIB progresse de +1,1 %, poussé par les dépenses de consommation des ménages qui avancent de +1,8 %. La hausse des coûts de l’énergie tombe à pic, car les taxes sur le gazole ont augmenté de 0,04 €/litre au 1er janvier 2017. En incluant la taxe carbone, l’essence rapportera 0.01 €/litre supplémentaire à l’État.

Or la totalité des « taxes directes perçues par l’État TVA et TIPCE » représenterait 59 % du prix du litre de sans plomb, peut-on lire sur le site de Total. Pour le gazole c’est un peu moins, le conducteur participerait à la croissance à raison de 51 % de son budget carburant. La hausse du coût des énergies influe donc la croissance du PIB, ce qui pourrait embellir la situation de l’économie française.

La BCE (Banque Centrale Européenne) a récemment fait savoir que les chiffres de l’inflation dans la zone euro, sont faussés par l’augmentation des prix du pétrole. L’INSEE pourrait peut-être tenir compte de cette variable, afin d’ausculter la croissance plus précisément.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires