Accueil Consommation

La consommation des ménages chute en mai

PARTAGER SUR
Les dépenses de consommation augmentent en alimentaire

Juste lorsque l’on commençait à penser qu’effectivement la France allait mieux, voici que l’INSEE annonce une baisse de la consommation des ménages. Les biens fabriqués prennent une sérieuse claque, particulièrement l’équipement du logement. C’est dans ce contexte que l’institut de la statistique annonce que les prix des produits manufacturés ont baissé en juin.

Consommation des ménages en berne sur 1 mois, en hausse sur 1 an

Que l’on se rassure, 2016 est un meilleur cru que 2015. En mai la consommation des ménages reste 2,6 % supérieure à la même période l’année dernière. Les 3 derniers mois ont vu les familles françaises dépenser 0,6 % de plus qu’au cours des 3 mois précédents.

Toutefois le brusque frein du mois dernier interpelle. Ainsi alors que tout allait bien pour l’industrie de l’équipement du logement, voici que l’activité chute de -9,2 % en l’espace d’un mois.

L’INSEE attribue notamment la faute à un « changement de standard de diffusion télévisuelle », qui a particulièrement touché les produits d’électronique grand public.

Les dépenses en automobiles qui se portaient bien jusqu’ici, subissent un recul pour le 2e mois consécutif, cette fois-ci à -0,3 %. Elles restent toutefois en progression de +2,7 %, par rapport à mai 2015.

Les prix à la consommation augmentent légèrement

L’INSEE prévient qu’il ne s’agit que de « données provisoires ». Toujours est-il que la fameuse inflation tant attendue par le directeur de la Banque Centrale Européenne (BCE) Mario Draghi, n’est pas pour demain.

Ou tout du moins l’est-elle du côté des produits frais, dont le coût ne cesse d’augmenter. En juin la ménagère a dû dépenser 3,2 % de plus, après une hausse de +5,8 % en mai. Les autres produits d’alimentation ne gagnent que +0,2 %, et les coûts de l’énergie continuent de diminuer.

Le pôle alimentaire tirerait donc l’ensemble des prix à la consommation vers le haut, avec une inflation générale de +0,6 %. Sans oublier les services, qui continuent leur ascension à +1 %.

Il reste encore à mesurer l’impact de ce tumultueux mois de juin, entamé par des mouvements sociaux, poursuivi par l’euro 2016, et entaché d’un inattendu Brexit.

Posez vos questions, commentez

commentaires