Accueil Actualités

Credit Suisse : les États-Unis dégainent

Si UBS  s’en était sorti avec une amende de 780 millions de dollars, pour Credit Suisse l’addition pourrait être plus lourde. La stratégie de défense de son directeur général Brady Dougan a déplu à la commission sénatoriale chargée de l’entendre.  Conséquence : les États-Unis menacent de retirer la licence bancaire du Credit Suisse et seraient prêts à lui infliger une amende de plus d’1 milliard de dollars.

Credit Suisse pourrait perdre sa licence aux USA

D’après le journal LePoint.fr, les autorités américaines auraient menacé de retirer à Credit Suisse sa licence bancaire aux États-Unis. Autant dire un sacré coup dur pour le second groupe helvétique, forcé de faire pénitence comme l’ont fait avant lui ses concurrents d’UBS.

Mais eux avaient choisi la carte du repenti.

Mauvaise défense de Brady Logan

Le directeur général du Credit Suisse, Brady Logan, a adopté la mauvaise tactique. Quand il s’est présenté devant une commission sénatoriale le 26 février, il a déclaré que les fraudes fiscales étaient le résultat d’agissements d’une « poignée d’employés voyous ».

Sa défense fut la même que celle de la Société Générale à l’égard de Jérôme Kerviel, mettant en avant des agissements indésirés de la part de certains collaborateurs, dont le but était visiblement de détourner les barrières de sécurité mises en place par la direction.

Mais la sauce n’a pas prise.

Panique chez les banquiers du Crédit Suisse, colère chez les sénateurs

Se sentant lâchés par leur hiérarchie, plusieurs banquiers se sont livrés au fisc américain. C’est ainsi que le 12 mars, Andreas Bachmann avouait que Credit Suisse avait aidé 22 000 Américains à échapper au fisc, faisant passer ainsi 10 milliards de dollars dans les coffres de la banque helvétique.

Un autre banquier, Josef Dorig s’était rendu de lui-même pour être relâché suite au paiement d’une caution de 150 000 $. Il est accusé d’avoir aidé de riches américains à dissimuler 4 milliards de dollars à l’IRS (Internal Service Revenu).

Concluant qu’il était clair que la direction du Credit Suisse poussait ses cadres à jouer au chat et à la souris avec les autorités fiscales américaines, ces dernières ont tout simplement menacé de retirer sa licence bancaire au Credit Suisse.

Un accord pourrait être trouvé

Selon Reuters France, certains responsables du groupe seraient en discussion avec les autorités judiciaires des États-Unis. L’objectif serait de faire lever les poursuites et surtout la menace de sanctions, contre paiement d’une forte amende. Le quotidien LePoint.fr fait état de 3 milliards de dollars, Reuters France parle d’1,6 milliards de dollars.

Bien plus que ce à quoi s’attendaient les dirigeants du Credit Suisse, qui pour leur part avaient annoncé qu’il provisionnaient 815 millions de dollars pour cette affaire.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires