Accueil Actualités

De meilleurs taux pour la semaine 27 ?

La semaine du 4 au 10 juillet 2016 pourrait être intéressante pour le consommateur.

À force de répéter toutes les semaines que les taux descendent, le public va finir par penser qu’on le mène en bateau. Et pourtant, courtiers et journalistes sont bien forcés de constater que de meilleurs taux pourraient une fois de plus attendre le consommateur, et ce dès cette semaine. Pour preuve : la France emprunte de moins en moins cher, désormais en dessous des 1 % sur 30 ans. Oui, vous avez bien lu.

Les meilleurs taux jamais vus pour la dette française

Du Royaume-Uni il ne reste que le pays de Galles dans l’euro 2016, et au train où vont les choses il ne restera que l’Angleterre d’ici quelques années. Car en plus de faire ressortir les désirs d’indépendance de l’Écosse et de l’Irlande, le Brexit a déterré les vieux démons de la crise de 2008.

Les investisseurs institutionnels, traditionnellement acheteurs de dettes, quittent la City de Londres pour s’intéresser aux bonnes vieilles valeurs de l’Union Européenne. La France en fait partie car elle est solide et elle va mieux (c’est vrai), malgré une baisse des dépenses des ménages.

Ainsi les investisseurs font grossir les rangs de la demande par rapport à l’offre, la magie des marchés s’opère, et le contribuable obteint le meilleur taux sur 30 ans de mémoire d’analyste : 0,951 %. À titre de comparaison, le 23 juin, date du référendum sur le Brexit, la France empruntait à 1,299 % sur 30 ans. Des taux divisés par 2 en l’espace de 6 jours, cela ne s’était jamais vu.

De meilleurs taux immobiliers en perspective ?

Comme nous le rappelons toutes les semaines au cours de cette édition hebdomadaire de la tendance des taux, la rémunération de l’obligation française à 10 ans (OAT 10 ans) conditionne indirectement les prêts immobiliers. Par un mécanisme qui résulte surtout du mode opératoire des décideurs bancaires, moins la France ne verse de rendement sur ses obligations à 10 ans, plus les taux immobiliers sont faibles.

Un record en appelant un autre, le 29 juin dernier l’agence France Trésor a emprunté sur 10 ans au meilleur taux jamais obtenu pour cette période : 0,218 %. À titre de comparaison, le jour du référendum du Brexit et alors que tout le monde avait parié sur le « non », l’OAT 10 ans versait un rendement de 0,455 %. Les investisseurs institutionnels sont prêts à accepter moins de rémunération, à condition que leur épargne soit déposée dans un coffre-fort qu’ils jugent plus solide.

Tant pis pour le risque d’overdose des obligations d’État, tant mieux pour l’emprunteur français qui pourrait fort bien obtenir de meilleurs taux immobiliers au cours des prochaines semaines.

Les crédits à la consommation affichent déjà des promotions

On ne répétera jamais assez les effets (psychologiques) du Brexit sur les marchés financiers, et in fine sur le budget du consommateur. Les emprunteurs anglais vont peut-être voir leurs mensualités augmenter, mais de ce côté-ci de la Manche tout se passe bien pour l’instant, notamment grâce aux taux fixes.

L’argent est devenu tellement peu cher, que les banques se prêtent entre elles au jour le jour sans garantie à -0,337 % (29 juin). Sur 1 mois, les 50 plus grandes enseignes européennes s’entre-prêtent sans garantie à -0,364 %. Dans ce contexte elles peuvent se permettre de financer petites banques et sociétés de crédit, avec de meilleurs taux qu’il y a 6 mois.

Banque Casino fait partie de celles qui en profitent, avec des taux cassés jusqu’à 50 %. C’est que la concurrence est rude en ce moment, avec une production de crédit à la consommation en hausse de +9,9 % sur les 5 premiers mois de l’année. D’après l’Association des Sociétés Financières Françaises (ASF), les ménages en ont souscrit 15,685 milliards d’euros de janvier à fin mai.

Posez vos questions, commentez

commentaires