Accueil Rachat de crédits La dette publique de la France va augmenter en 2017 et 2018

La dette publique de la France va augmenter en 2017 et 2018

Montant de la dette de la France
Prévisions dévolution de la dette de la France en 2017 et 2018.

L’OCDE, le FMI, et la Communauté Européenne sont d’accord : le montant de la dette publique de la France va continuer de grimper. Sans surprise, les prévisions de ces 3 organismes sont moins optimistes que celles du précédent gouvernement. Et pourtant tous les indicateurs économiques sont au vert.

La dette publique de la France va-t-elle monter à 99 % du PIB ?

Depuis l’instauration de la norme de Maastricht, tout le monde utilise la même méthode de calcul pour déterminer l’endettement d’un État. Ainsi en 2016 la dette publique française a atteint 96,3 % du PIB, avec un déficit de -3,4 %. Mais l’ancien gouvernement sous François Hollande se voulait optimiste. Il prévoyait un abaissement à 96,1 % et un recul du déficit à -2,7 %.

Mais cette foi en l’avenir n’est pas partagée par les organismes économiques. Si tous voient effectivement une réduction du déficit public, leurs calculettes montrent que la dette de la France est bien en mode décollage. Mais surtout cette envolée ne semble pas inquiéter les hautes sphères de la politique. Le plus pessimiste est l’OCDE, qui la voit grimper à 98 % du PIB cette année et 98,8 % en 2018.

Le FMI est un peu plus modéré, avec une prédiction de 96,4 % cette année et 97,4 % l’année prochaine. Solidaires, les copains de la Communauté Européenne n’imaginent la dette publique de la France qu’à 96,4 % du PIB en 2017, et à 96,7 % en 2018. C’est moins optimiste que la Banque de France, dont les analystes ne seraient pas surpris d’atteindre 96,8 % cette année.

Pourquoi la France n’arrive-t-elle pas à résorber sa dette publique ?

Et pourtant tous les indicateurs économiques sont au vert. Là-aussi les organismes sont d’accord sur l’évolution positive de l’économie française, certains beaucoup plus que d’autres. Ainsi le FMI voit la consommation des ménages augmenter de +1,5 % en 2017, et même +1,7 % en 2018. Pour l’OCDE la variation des stocks gagnera +0,4 % en 2017, puis sera fixe en 2018. La Banque de France voit même les exportations tricolores bondir de +5,1 % l’année prochaine.

Selon l’INSEE, le PIB aurait progressé de +0,4 % au 1er trimestre. Au 30 mai 2017 l’acquis de croissance serait de +0,9 %, et il reste encore 7 mois de production. Même l’OCDE, pourtant peu connu pour son optimisme, pense que le PIB français aura gagné +1,4 % en 2017 et +1,4 % en 2018.

Si le monde affiche sa confiance dans l’économie française, il pointe du doigt une envolée de sa dette. Il faudra bien aborder le sujet cette année, par exemple au moment de déterminer le budget de l’État pour 2018. Même dans une Assemblée nationale majoritairement de son côté, ce pourrait être le baptême du feu pour l’économiste Emmanuel Macron.

Posez vos questions, commentez

commentaires