Accueil Actualités

La France a emprunté à 0,62 % en 2015, mais la dette augmente

Les marchés financiers ont été favorables pour tout le monde cette année, même pour les caisses de l’État. L’agence France Trésor annonce que le contribuable a emprunté pour l’instant 178,2 milliards d’euros à un taux moyen très avantageux de 0,62 %. Ça plus des dépenses maîtrisées, et Bercy réaffirme que la dette publique n’atteindra pas 100 % du PIB, même si elle augmentera en 2016.

Dette publique au 2e trimestre : 116 966 € par contribuable imposé

De mars à juin la dette publique de la France a augmenté de 16 milliards d’euros, c’est ce que nous apprend l’INSEE dans sa note de conjoncture sur la dette trimestrielle. Désormais son poids représente 97,6 % du PIB, pour la somme astronomique de 2105,4 milliards d’euros.

Incontestablement elle a donc augmenté de 0,2 points de base, et représente désormais 33 225 € par habitant. Encore que seuls les actifs sont capables de la résorber, ce qui représente donc 76 374 € par ménage. Mais tous ne perçoivent pas des revenus qui les rendent imposables, et tous ne contribuent donc pas à l’allégement de la dette publique.

Si l’on se réfère aux 18 millions de foyers fiscaux effectivement imposés en 2012, le contribuable moyen supporterait donc 116 966 € de dette publique à lui seul.

Le premier responsable est l’État, qui selon l’INSEE a alourdi la facture de +25,4 milliards d’euros au 2e trimestre. Un bon point en revanche pour les administrations de sécurité sociale, qui désendettent le pays de -8,1 milliard d’euros. Les administrations publiques locales ont également été bonnes élèves, leur endettement s’est rétréci de -1,2 milliards d’euros. Les plus endettés sont les communes, qui totalisent 600 millions d’euros de prêts à rembourser.

Bercy annonce que la dette publique diminuera en 2017

Le conseil des ministres vient d’approuver le budget de la loi des finances de 2016, et les 200 milliards d’euros de besoins en financement qui vont avec. Selon l’agence France Trésor, 72 milliards d’euros seront consacrés à emprunter pour combler le déficit, et 127 milliards d’euros à « assurer l’amortissement de la dette à moyen et long terme de l’État qui viendra à échéance en 2016 ».

Plus clairement, la France va faire comme la Grèce : emprunter pour payer ses dettes.

Il y a tout de même une bonne nouvelle : des taux d’emprunt exceptionnels à 0,62 % depuis le début de l’année. L’humeur est donc à l’optimisme à Bercy où l’on prévoit le recul de la dette en 2017, même si elle devrait encore augmenter en 2016. Mais le message du ministre des finances M. Michel Sapin est le même : la dette publique française n’atteindra pas 100 % du PIB.

Le budget du ministère du logement augmente de 70 millions d’euros

C’est dans ce contexte qu’au cours de la même réunion du conseil des ministres, le budget des dépenses de logement a été accepté. Si l’on prévoit de réaliser des économies de 185 millions d’euros sur les APL location, en échange le champ d’action du PTZ+ dans l’ancien s’ouvre désormais aux 30 000 communes rurales de la zone C.

Entre tours de vis et ouvertures de nouvelles aides, le budget de la ministre du logement Mme Sylvia Pinel est donc en hausse de 70 millions d’euros. Son dispositif de défiscalisation est maintenu, pour être le véritable pilier des ventes d’immobilier neuf dans l’Hexagone.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires