Accueil Actualités Obtenir un prêt

Devenir propriétaire jeune : succès massif du PTZ+

Bilan très positif pour les mesures d'État favorisant le bâtiment

Ils ont été 13 329 ménages à acheter leur résidence principale neuve au 1er trimestre 2016 . Pour la première fois ils ont dépassé les investisseurs, pour représenter désormais 52 % du marché. La fédération des promoteurs, auteur de l’étude, applaudit l’élargissement du PTZ+ qui permet désormais de devenir propriétaire jeune plus facilement.

40 % de prêt à taux zéro, ça aide

Après 3 années de disette, les promoteurs retrouvent le sourire. En 2011 ils avaient vendu 130 548 logements neufs, pour tomber à 100 227 l’année d’après. La remontée fut lente jusqu’en 2014 quand, à l’annonce de l’entrée en vigueur de la loi sur l’investissement Pinel, les ventes bondirent de +13,6 %.

Si la profession a débouché le champagne pour les fêtes de fin d’année, beaucoup sont déjà en train de commander les bouteilles pour la prochaine Saint-Sylvestre. Car le 1er trimestre 2016 a vu un rebond de +16,6 % des commandes de logements neufs, particulièrement sous la poussée des primo accédants.

Et pour la présidente de la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers), Alexandra François-Cuxac, « la réforme du PTZ décidée par le gouvernement en fin d’année contribue à ces résultats ». Car si le prêt à taux zéro existe Depuis 1995, il a fallu mettre les bouchées doubles pour qu’il rencontre le succès auprès du public depuis le début de l’année.

Désormais il prend en charge 40 % du prix du logement convoité, remboursable sans intérêt. Une aubaine pour les primo accédants aux revenus moyens, qui retrouvent ainsi du pouvoir d’achat malgré les prix du m².

Devenir propriétaire jeune avec le PTZ +, comment ça marche ?

Le prêt à taux zéro a toujours été réservé aux ménages n’ayant pas été propriétaire de leur résidence principale, au cours des 2 dernières années. Des exceptions sont accordées aux personnes handicapées, ainsi qu’aux victimes de catastrophes naturelles et technologiques.

Au départ l’idée était de permettre aux foyers fiscaux aux revenus moyens, de devenir propriétaire. Le dispositif comporte ainsi des plafonds de revenus, qui ont été grandement élargis depuis le début de l’année. Ainsi un couple avec 2 enfants habitant à Marseille (zone A), est éligible aux PTZ+ si ses revenus fiscaux d’il y a 2 ans ne dépassent pas 74 000 €. Autant dire que les 3/4 de la population sont concernés.

D’après les chiffres de la FPI, un appartement neuf coûte en moyenne 3906 €/m² (hors parking) dans Marseille-Provence métropoles. Une surface de 70 m² coûterait donc en théorie 270 000 €. Pas facile de devenir jeune propriétaire à ce tarif.

C’est là qu’intervient le prêt à taux zéro de l’État, qui pour une famille marseillaise de 4 personnes, atteint 40 % du coût du projet dans un plafond de 102 000 €. C’est ce dernier montant qui s’applique, et s’ils sont en mesure d’apporter les frais d’achat de leurs propres deniers, ils n’auront besoin d’emprunter que 168 000 €, auprès de leur banque ou d’une autre.

Le taux d’emprunt immobilier actuel étant à 1,87 % sur 20 ans, ils obtiendraient des mensualités de 839,58 €, prime d’assurance emprunteur non incluse.

Ils devront rembourser le capital du prêt à taux zéro sur 20 ans ou 25 ans, et bénéficieront d’une période de différé de 5 ans, 10 ans ou 15 ans selon certains critères. En admettant qu’ils diffèrent de 10 ans et qu’ils obtiennent un remboursement sur 20 ans, en 2026 leurs mensualités seront de 1265 € jusqu’en 2036. Elles descendront ensuite à 425 € jusqu’en 2046.

Reste à régler le problème de l’apport personnel

Si le PTZ + permet de devenir propriétaire jeune, il ne gomme pas l’épineux problème de l’apport personnel. Car si avec ce dispositif les banques vont accepter de prêter 100 % du prix du bien immobilier convoité à un couple de primo accédants, il reste à régler les frais d’achat.

Un bien immobilier neuf n’ayant par définition encore jamais eu de propriétaires, les droits de mutation sont considérablement réduits. Mais il reste les frais de dossier, la garantie du prêt immobilier, et les émoluments du notaire même si ces derniers sont plafonnés.

Il est ainsi raisonnable de compter un maximum de 5 % du prix de vente. C’est dans ce contexte que le réseau de courtiers VousFinancer annonce que devenir propriétaire jeune signifie attendre l’âge de 33 ans.

Car en supplément, dans un couple l’un des 2 au moins doit être en CDI, et ils doivent avoir eu le temps d’accumuler une épargne suffisante pour rassurer la banque prêteuse. Mais heureusement des solutions de financement participatif existent, afin de récolter les quelques milliers d’euros qui manquent pour couvrir les frais d’achat.

Posez vos questions, commentez

commentaires