Accueil Placer son argent Arnaques au placement : options binaires, diamants et cryptomonnaies

Arnaques au placement : options binaires, diamants et cryptomonnaies

mise à jour: 5 septembre 2018
Bitcoin
Les cryptomonnaie : nouveau terrain de jeu des intermédiaires sans scrupules

Une société a le droit de proposer des options binaires, diamants et cryptomonnaies, si elle est immatriculée à l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Le gendarme de la bourse scrute constamment Internet pour débusquer les arnaques et établir une liste noire des plates-formes à éviter. Il n’en reste pas moins que même les structures dûment autorisées peuvent cacher des investissements risqués.

L’arnaque au diamant d’investissement

Tout le monde connaît la formule « un diamant est éternel ». Le Napoléon d’or aussi, sauf que la valeur du précieux métal jaune est universellement reconnue par son cours officiel. En revanche il n’existe aucune cotation légale pour le diamant brut, directement extrait du sol.

Car au contraire des métaux précieux qui ont une matière unique, le diamant brut peut prendre différents aspects. Son apparence finale ne sera révélée aux yeux du public qu’une fois la pierre passée sous la fraise d’un joaillier.

C’est la raison pour laquelle les intermédiaires en biens divers doivent disposer d’un numéro d’enregistrement délivré par l’AMF. Si un site Web vous propose d’investir dans le diamant, commencez par vérifier s’il ne se trouve pas sur la liste noire des faux vendeurs de diamants.

Et s’il n’y est pas, réfléchissez à 2 fois avant de vous lancer. Car vous pourriez très bien recevoir un petit bout de caillou qui ne vaut même pas les frais de port que vous avez payés. Et ceci en toute légalité bien entendu.

Options binaires : le trading très risqué

L’investissement sur le marché des devises ou sur les places boursières par options binaires, se base sur le principe du pari.

Je parie que l’action Renault gagnera 5 % de telle heure à telle heure. Je parie que la livre sterling perdra 1 % par rapport à l’euro à la fermeture d’aujourd’hui.

Vu d’ici cela paraît simple, sauf qu’en réalité il est absolument impossible de prédire les variations d’une action ou d’une devise. À un tel point que depuis la loi Sapin 2, les plates-formes déclarées n’ont plus le droit de faire de la publicité. Car de nombreux épargnants y ont laissé leurs économies.

L’outil le plus dangereux du trading en action binaire, est le phénomène de levier. Pour faire simple avec un levier de 10 vous misez 100 €, mais pouvez gagner comme si vous aviez misé 1000 €. Mais l’inverse est également vrai, si vous perdez après avoir parié avec un effet de levier de 10, vous perdez comme si vous aviez misé 1000 €.

Un article de libération.fr rapporte ainsi la mésaventure d’un particulier ayant misé 10 000 € pour potentiellement en gagner 250 000 €. Malheureusement il perd et doit verser 250 000 € à la plate-forme de trading. Face à une telle manne, les prédateurs planent au-dessus des hordes de naïfs prêts à croire ce qu’ils lisent sur la toile.

L’AMF liste les placements douteux en options binaires

Les plates-formes offrant des services de trading sur le marché des devises et des actions, doivent être agréées par l’AMF pour opérer en France. Certaines sont enregistrées, d’autres officient au travers de boîtes aux lettres et de sociétés écran. Autant dire que l’épargnant n’a aucune chance de revoir son bas de laine.

Pour savoir si une structure est légale, consultez :

Les sites d’arnaques aux options binaires sont identifiés par l’Autorité des Marchés Financiers, et publiés sur sa liste noire. Mais attention, même au travers d’une structure déclarée, le trading par action binaire est un investissement hautement risqué.

Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé. AMF.

Si des traders ont fait fortune sur les marchés financiers, ils ont misé sur une longue période. Même les plus expérimentés se risquent difficilement sur celui des devises, encore moins via les options binaires. La stratégie des plus grands fonds d’investissement consiste à acheter des actions pour les détenir sur le long terme.

La cryptomonnaie : le risque, l’arnaque, tout y est

Si vous aussi croyez qu’une monnaie qui échappe à tout contrôle central est la première étape d’une économie durable, alors les arnaques aux cryptomonnaies sont faites pour vous. En premier lieu ce bien qui sert d’échange entre vendeur et acheteur est immatériel et extrêmement volatile.

Mais surtout, le fait qu’il s’agisse d’un placement oblige les intermédiaires à être qualifiés pour proposer des contrats financiers. Certains ne le sont pas, eux-aussi ont droit à leur propre liste noire de l’AMF.

D’autres agissent parfaitement légalement, ce qui a obligé les autorités financières à intervenir. Car des petits génies ont eu l’idée d’une magnifique arnaque sur la cryptomonnaie. Il s’agissait de proposer des produits dérivés au grand public, en englobant plusieurs de ces monnaies numériques.

Comment fonctionne un produit dérivé ? C’est simple, personne ne le sait et c’est justement là le principe. Les créateurs de ces fameux CFD (Contract For Difference) y incluent tellement de clauses, qu’ils sont sûrs de gagner lorsque l’investisseur perd, mais également de gagner lorsqu’il gagne.

Depuis le 1er août 2018, la vente de CFD au grand public est temporairement interdite dans l’Union Européenne.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer