Accueil Actualités Obtenir un prêt

Être propriétaire aujourd’hui : plus de budget, moins d’efforts

À choisir, les Français préféreraient être propriétaires d'une maison, plutôt que d'un appartement.

La baisse des taux a eu pour effet de remonter le nombre de transactions immobilières à son niveau d’avant crise. Être propriétaire est aujourd’hui accessible à des ménages gagnant moins que les acheteurs de l’année dernière, et pourtant capables d’emprunter plus. Mois après mois, ils gagnent en mètres carrés tout en dépensant autant que leurs prédécesseurs, voire moins.

12 900 € de budget en plus cette année

Au 2e trimestre 2015, le coût moyen d’une opération immobilière dans l’accession s’élevait à 256 200 € (source : Observatoire CSA/Crédit Logement). On pouvait être propriétaire en empruntant en moyenne 197 900 €, avec 22,8 % d’apport personnel.

Mais c’était il y a 1 an, au 2e trimestre 2016 les choses ont changé. Désormais le budget moyen pour une opération d’accession dans l’ancien, se monte à 268 300 €, soit 12 100 € de plus que l’année dernière. Et pour cela les nouveaux propriétaires se payent le luxe d’emprunter 11 400 € de plus.

C’est que la baisse des taux leur permet de ne dépenser que 4,9 années de revenus, contre 4,8 l’année dernière. Alors que leurs prédécesseurs avaient emprunté en moyenne à 2,02 % hors frais, eux ont pu acheter à 1,70 %.

Être propriétaire d’un logement neuf : plus de budget pour moins cher

Même constat du côté du logement neuf, avec des budgets encore plus élevés. Grâce au prêt à taux zéro à hauteur de 40 % du coût de l’opération, au 2e trimestre on pouvait être propriétaire avec 18,7 % d’apport personnel, contre 20,3 % l’année dernière. À cette époque les projets d’accession se chiffraient à 253 300 €, avec des durées de remboursement sur 233 mensualités.

Mais le taux moyen était de 2,08 %, contre 1,77 % au 2e trimestre. Emprunter coûte moins cher, les accédants se lancent donc dans des opérations de 262 900 €, un gain de 8600 € de pouvoir d’achat. Sans complexes, ils se permettent de rembourser sur 3 mensualités de moins que les acheteurs de l’année dernière. Et pourtant ils gagnent moins que leurs prédécesseurs : 54 100 € contre 54 800 €.

Retour en force des accédants percevant moins de 3 SMIC

D’après un rapport de l’observatoire du financement des logements, en 2015 le revenu fiscal annuel d’un ménage de primo accédants s’élevait à 41 500 €. Chez les moins de 30 ans, la moyenne était de 38 200 €, ce qui leur permettait de se payer 76,8 m², contre 83,1 m² chez leurs aînés.

Déjà l’année dernière, on constatait une forte poussée des acheteurs gagnant moins de 3 SMIC. Alors qu’ils ne représentaient que 49,6 % du marché des accédants en 2014, leur part grimpait à 52,7 % 1 an plus tard. Aujourd’hui, être propriétaire pour la première fois est même accessible aux ménages gagnant 3000 €.

Le gain de pouvoir d’achat des foyers à faibles revenus, permet de redresser le marché du logement. Les notaires sont formels : « dans l’ancien nous sommes revenus au nombre de transactions annuelles constatées avant la crise de 2008 – 2009 ». Après une hausse annuelle de +19 %, ils annoncent avoir enregistré 830 000 achats immobiliers de mai 2015 à avril 2016.

Posez vos questions, commentez

commentaires