Accueil Consommation

Amélioration de l’habitat : les Français boudent le crédit

PARTAGER SUR

Quand les Français retrouvent le moral, Ils dépensent pour améliorer leur habitat. Mais comme le montre un sondage CSA pour Oney, Ils préfèrent payer cash, ou en plusieurs fois sans frais. Seuls 5 % d’entre eux ont recours au crédit à la consommation pour s’équiper en meubles neufs.

Améliorer son habitat, oui, mais pas à crédit

L’équipement du logement représente 7 % des dépenses annuelles des ménages, ces derniers ayant même augmenté leur budget de +4,6 % en novembre (Source INSEE). En cette fin d’année 2015 les Français ont retrouvé le moral et se remettent à consommer, mais ils font attention à leur portefeuille. Un sondage réalisé par CSA et commandé par la société de crédit Oney, filiale du groupe Auchan, montre que le consommateur reste prudent.

La majorité d’entre eux (71 %) préfère « payer la totalité au moment de l’achat ». Loin derrière, arrive une proportion de 24 % qui négocie un paiement en plusieurs fois. Ils sont notamment plus nombreux chez les ouvriers (32 %) et les seniors (28 %).

Ils ne sont que 3 % parmi les sondés, pour souscrire un crédit à la consommation affecté précisément à cet achat. L’avantage de ce type de financement, est que la vente sera annulée si l’acheteur n’obtient pas le crédit demandé. Il doit toutefois avoir précisé sur le bon de commande que le financement se fera avec un prêt à la consommation.

Enfin 2 % des ménages a recours au prêt personnel, qui consiste donc en une mise à disposition d’une trésorerie sans justificatif de dépenses. Conclusion : seuls 5 % des Français financent leur mobilier à crédit.

Quand le consommateur devient investigateur

La crise économique est passée par là, et les habitudes d’achat ont bien évolué en 5 ans. Désormais le consommateur compare avant d’acheter, soit en surfant sur Internet (58 %), soit en consultant les catalogues des enseignes (56 %). Mais ils sont également 42 % à effectuer leurs recherches au travers des « sites Internet d’e-commerce ».

Et surprise, ce sont surtout les 50–64 ans qui comparent le plus. Ils sont 62 % à avouer éplucher les sites Internet, et 65 % feuillettent les catalogues. Conclusion : dans cette tranche d’âge on va autant se renseigner en ligne qu’en magasin avant d’acheter.

Il reste que 56 % des personnes interrogées ont avoué avoir déjà acheté un équipement de mobilier ou de décoration, « sans l’avoir vu en magasin auparavant ». Car chez les Français, c’est le système D qui prime. Ils ne sont désormais plus que 14 % à faire livrer et installer leurs achats par un professionnel, 50 % d’entre eux emportent leur mobilier et le montent eux-mêmes.

Posez vos questions, commentez

commentaires