Accueil Actualités Négocier un prêt

Hausse des taux immobilier : un retournement est-il possible ?

Lyon, France
Les prix des logements restent sensibles aux conditions des crédits à l'habitat.

Alors que les chiffres du mois dernier montrent clairement une hausse généralisée des taux immobiliers, voici que le rendement de la dette française à 10 ans est en chute. Et alors ? Et bien l’histoire montre que le coût du crédit à l’habitat baisse lorsque celui de la dette française fait de même.

Des conditions meilleures qu’au cours des 6 derniers mois

Le niveau des taux immobiliers est conditionné par le rendement des obligations françaises remboursables à 10 ans (OAT 10 ans). Pour faire simple, plusieurs fois par semaine l’agence France Trésor cherche à emprunter sur les marchés financiers. Elle demande un certain volume pour un certain taux d’intérêt, tandis que les investisseurs institutionnels y vont de leurs propres propositions. C’est ensuite la synthèse de l’offre et de la demande qui détermine le taux auquel le contribuable va rembourser.

Depuis le 23 août, ce taux d’intérêt est en dessous des 0,7 %, descendant même à 0,64 % le 5 septembre. Or il naviguait autour des 1 % au mois de mars, oscillant ensuite entre 0,7 % et 0,9 %, malgré un court plancher à 0,6 %. Le rendement des obligations françaises à 10 ans est donc au plus bas qu’il ne l’a été depuis 6 mois, ce qui devrait être un signe de baisse du coût du crédit à l’habitat. Pourquoi ? En fait personne ne le sait vraiment. Tout simplement l’historique montre que la courbe des taux immobiliers suit celle du taux d’intérêt des OAT 10 ans.

Les taux immobiliers pourraient-il redescendre ?

Il est encore tôt, mais pas trop, pour espérer un retour à la baisse du coût du crédit à l’habitat. Il faudrait effectivement que le rendement des OAT 10 ans se maintienne entre 0,6 % et 0,7 % pendant une quinzaine de jours. Le marché du logement pourrait alors envisager une détente des taux immobiliers dans le mois qui suit. Il en aurait bien besoin, eu égard aux prix des logements qui continuent d’augmenter, notamment en région parisienne.

Il est toutefois possible que le rendement des OAT 10 ans se maintienne à ce bas niveau. En cause : les réformes engagées par l’équipe d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe. Si notamment la refonte du Code du travail n’est pas populaire parmi les salariés, elle l’est parmi les investisseurs institutionnels. Ces derniers pourraient y voir un bon signal pour l’économie française, considérant la dette tricolore moins risquée et donc moins chère.

Voilà pour le rêve, maintenant place à la réalité. Il est effectivement plus probable que les banques profitent des conditions de financement favorables pour renforcer leurs marges. C’est notamment le cas à chaque fin d’année, lorsqu’elles ont atteint leurs objectifs. Toutefois si le rendement des OAT 10 ans se maintien en l’état, cela pourrait signifier un ralentissement de la hausse des taux immobiliers. Il est même permis d’espérer une stabilisation.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires