Accueil Actualités

Immobilier en Bretagne : les prix baissent en bord de mer

Sur le littoral breton le marché de la résidence secondaire est toujours à la peine, c’est ce que nous apprend la dernière note de conjoncture des notaires de l’Ouest. Cependant cette activité au ralenti oblige les vendeurs à accepter les conditions des acheteurs, ces derniers négociant chaque transaction. Ainsi les prix de l’immobilier sur le bord de mer de la Bretagne présentent aujourd’hui de bonnes opportunités, avec des décotes parfois impressionnantes.

Finistère : ce bord de mer où les prix de l’immobilier baissent

Les notaires de l’Ouest constatent que le prix des maisons anciennes s’ajuste de – 3,6 % sur tout le littoral allant de Locmaria Plouzané à Locquirec, pour descendre à 135 000 €.

Il faut ensuite faire tout le tour du Finistère pour descendre sur la côte de Penmarch à Clohars-Carnoet pour trouver des maisons anciennes à 160 000 €, en baisse de -2,1 %. Sur ce bord de mer les prix des appartements anciens ont subi une forte décote, perdant -7,9 % pour se vendre désormais à 1990 €/m² de médiane. Une nouvelle qui pourra faire plaisir aux franciliens, ces derniers représentant 14,7 % des acheteurs.

Signalons également les bonnes affaires à l’intérieur de Brest, pour qui souhaite s’installer dans un bassin économique dont le maintien est garanti par la présence de la marine nationale. Le prix des maisons anciennes est en chute de -4,6 %, désormais elles sont accessibles à 151 800 €. L’ajustement est de -5,0 % du côté des appartements anciens, qui à 1220 €/m² sont parmi les moins chers des grandes villes de France.

binic
Bord de mer de Binic depuis le port

Les bonnes affaires immobilières en Côtes-d’Armor

D’après le baromètre des notaires de l’Ouest, le littoral de Morieux à Lancieux est prisé par les franciliens, qui représentent plus d’1 acheteur sur 5. Ils viennent d’ailleurs avec un budget « d’environ 30 % supérieur à celui des costarmoricain ». C’est peut-être ce qui maintient un niveau de prix relativement élevé, avec 182 500 € de médiane pour une maison, une hausse de +4,3 % sur 1 an. Les appartements anciens y sont également parmi les plus chers du littoral Armoricain avec 2740 €/m², un prix en hausse de +3,1 %.

En Côtes-d’Armor les bonnes affaires se situent en ce moment sur le littoral de Plestin Les Grèves à Binic, où le prix des maisons anciennes a baissé de -4,5 %. Il est aujourd’hui possible de devenir propriétaire pour 150 000 €, avec des taux d’intérêts en bonne forme.

Mais la chute est encore plus spectaculaire du côté des appartements anciens, très peu demandés sur cette partie du littoral breton. Les études notariales constatent que le montant des transactions baisse de -13,4 %, pour s’établir à une médiane de 2190 €/m².

On retiendra également que les prix des maisons anciennes perdent -4,5 % sur le bassin de Dinan, avec une moyenne à 148 000 €. Attention toutefois, les prix bondissent dès lors que l’on se rapproche du bord de mer de cette station balnéaire prisée.

saint-malo
Les biens immobiliers d’exception situés en front de mer sont rares sur le marché.

Profitez des prix de l’immobilier sur le littoral d’Ille-et-Vilaine

Il n’est pas bien grand le bord de mer de l’Ille-et-Vilaine, mais il comporte des destinations touristiques phares, comme Dinard. Par ailleurs les notaires constatent que les acheteurs d’Île-de-France reviennent sur le marché immobilier depuis le début de l’année, pour représenter 20 % des transactions, contre 15 % l’année dernière.

Ils viennent sans doute profiter du prix des maisons anciennes en perte de -7,1 % sur le littoral, désormais disponibles à 210 000 €. L’ajustement est encore plus important du côté des appartements anciens, qui perdent -7,5 % pour atterrir à 2650 €/m².

À noter que contrairement au reste de la Bretagne, les terrains du bord de mer d’Ille-et-Vilaine ne perdent que -0,4 % de leur prix, soutenus par la demande de jeunes actifs qui font le choix de construire.

pornic
La baie de Pornic, paysage bucolique breton.

Le grand écart des prix sur le littoral de la Loire

Du côté de la Loire-Atlantique, l’embouchure du fleuve marque la séparation entre 2 marchés immobiliers au comportement différent. Sur le bord de mer Nord, tous les prix des logements sont en baisse, tandis que le foncier augmente de +19,6 %. Les maisons anciennes sont désormais abordables à 273 000 €, en baisse de -2,5 %.

Mais lorsque l’on traverse l’estuaire on trouve une autre situation, à l’image des appartements anciens qui se vendent à 2900 €/m², en baisse de -6,9 % sur 1 an. En revanche le marché des maisons anciennes reprend des couleurs, les prix ayant augmenté de +5,3 %, désormais à 200 000 €. Rien ne va plus pour le foncier, dont le montant des transactions chute de -19 %.

Et les stations balnéaires prisées ne sont pas épargnées par la baisse des prix de l’immobilier. À La Baule-Escoublac les appartements anciens perdent -3 % pour se vendre aujourd’hui à 4390 €/m². Mais il y a mieux, à Pornic la chute atteint -11 %, on peut aujourd’hui acheter pour 3140 €/m². C’est dans ce contexte que le prêt à taux zéro pourrait redevenir disponible pour l’immobilier ancien avec travaux.

On pourra également se tourner vers Saint-Brévin-les-Pins, qui propose l’immobilier parmi le moins cher de la côte de Jade, à 2760 €/m² en baisse de -7 %.

carnac
Il n’y a pas que les menhirs à Carnac, il y a aussi un charmant village breton.

Bons plans sur l’immobilier neuf sur le bord de mer du Morbihan

Les notaires constatent que l’immobilier neuf ne fait pas recette dans le Morbihan. À Vannes il a perdu -6,5 %, pour s’établir à 3110 €/m². À quelques km plus loin sur le littoral les prix du neuf sont désormais établis à 3460 €/m², un énorme ajustement de -10 % en 1 an. Même les appartements anciens ne sont pas épargnés, ils se situent désormais à 3200 €/m², en baisse de -9,4 % sur 1 an.

Dans la célèbre ville de Carnac les prix des appartements anciens ont baissé de -11,8 %, ils s’achètent aujourd’hui à 3800 €/m². À Sarzeau ils perdent même -15 %, les acheteurs ayant négocié une médiane de 2960 €/m². Plus que jamais, les bonnes affaires immobilières sont sur le littoral du Morbihan, et les franciliens l’ont bien compris. Selon les notaires ils font revivre le marché de la résidence secondaire locale, avec un budget médian de 300 000 €.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires