Accueil Actualités

La baisse du taux d’intérêt immobilier et des prix du mètre carré booste les ventes de logements anciens

L’indice notaires – INSEE sur les logements anciens au 1er trimestre 2014, montre que le prix du mètre carré continue de baisser. Cette correction associée à la baisse du taux d’intérêt immobilier, est à l’avantage des acheteurs. Pour preuve : les transactions d’immobilier ancien ont augmenté de +12,5 % sur 1 an.

Les prix des logements anciens s’ajustent

C’est en consultant l’indice notaires – INSEE du premier trimestre 2014, que l’on s’aperçoit d’un clair ajustement des prix du mètre carré ancien. Sur un trimestre, le prix des appartements anciens augmente de +0,3 % dans toute la France, tandis que celui des maisons anciennes reste le même.

On constate cependant une baisse générale des prix dans l’Hexagone sur 1 an, avec -1 % pour les appartements et -1,7 % pour les maisons. En moyenne, le prix des logements anciens a baissé de -1,4 %.

Les ménages retrouvent le chemin de la propriété immobilière

L’indice INSEE – notaires estime à 740 000 le nombre de transactions immobilières de mars 2013 à mars 2014. Ce chiffre représente une hausse de +12,5 % par rapport à mars 2012 – 2013. La hausse est également marquée sur 1 an par rapport à décembre et mars, avec +2, 9 %.

Clairement, la baisse combinée des taux d’intérêt immobiliers et des prix du mètre carré y est pour quelque chose.

Le taux d’intérêt immobilier moyen est au plus bas

Pour avril 2014, le rapport CSA/crédit logement note une moyenne des taux de prêt immobilier (hors TEG) à 2,94 %. Le taux moyen dans l’ancien représentant 2,93 %, pour 3 % dans le neuf.

Mais il ne s’agit que d’une moyenne, certains courtiers en prêt immobilier affichent des taux d’intérêts en dessous de 2,5 % pour un prêt sur 20 ans.

L’immobilier neuf peine toujours

Les performances du marché de l’immobilier neuf sont loin d’être à la hauteur de celles de l’ancien. C’est surtout l’investissement locatif qui tire les ventes de logements neufs vers le haut, car les accédants à la propriété boudent les programmes immobiliers.

Interrogé par le quotidien Le Parisien.fr, le directeur de Bouygues immobilier, François Bertière, met en avant le manque de participation des autorités locales. « [il] n’y a pas assez de terrains à bâtir, de terrains constructibles. Les maires et l’État qui contrôlent ces terrains [ ] ne sont pas généreux ».

C’est dans ce contexte que la nouvelle ministre du logement, Madame Sylvia Pinel, devrait présenter cet été 50 mesures pour redresser le secteur de la construction en France.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires