Accueil Consommation

Coût de la vie, loyers, les Français gagnent-ils vraiment en pouvoir d’achat ?

PARTAGER SUR
Un véritable gain de pouvoir d'achat relancerait la consommation © ChiccoDodiFC - Fotolia.com

En 1 an les prix à la consommation diminuent de -0,1 %, tandis que les loyers n’augmentent que de +0,06 %. Toutefois si les ménages français gagnent en pouvoir d’achat, c’est surtout grâce à la baisse du prix des produits pétroliers. Car les coût de l’alimentation et du logement sont en hausse, or ces pôles de dépenses représentent une part importante dans le budget d’une famille.

Hausse du coût de la vie en 1 mois, baisse en 1 an

En mars l’indice des prix à la consommation de l’INSEE démontre une progression globale de +0,7 %. Toutefois en 1 an le coût de la vie recule de -0,1 %, et même de -0,2 % si l’on tient compte des variations saisonnières.

Mais cette déflation n’est due qu’à la baisse du prix des produits pétroliers, les autres biens de consommation courants continuent leur progression. Le coût de l’habillement et des chaussures s’élève de +11,9 % de février à mars, mais cet ajustement est principalement dû à la fin des soldes d’hiver. En revanche le fait que les prix des produits frais progressent de +3,6 %, a de quoi surprendre dans un contexte où les producteurs se plaignent de la faiblesse de leurs marges.

Est-ce parce que le coût des produits pétroliers gagne +2,5 % en mars ? Sans doute pas, car en 1 an il baisse de -13,2 %, alors que les produits qualifiés d’autre alimentation augmentent de +0,2 % dans un même temps.

Pour mémoire, le baromètre Sofinco du mois de mars, montrait que le budget alimentaire moyen d’un couple avec enfants s’établit à 469 €. De son côté, l’INSEE constate que la dépense annuelle médiane en alimentation va de 3500 € pour les ménages à faible revenu, à 5000 € pour les plus aisés.

Si le coût de la vie diminue en 1 an, c’est surtout du côté des produits de santé (-3,2 %), de l’énergie (-6,9 %), des transports (-1,4 %), et dans une moindre mesure des produits manufacturés (-0,2 %). Du pouvoir d’achat donc, mais principalement gagné par la baisse des prix à la pompe.

Les loyers restent stables sur 1 an

Avec l’alimentation et les transports, le logement reste l’un des pôles de dépenses les plus importants pour le consommateur français. Les locataires les plus modestes y consacrent 19 % de leur budget, une hausse de loyer influe donc directement sur le coût de la vie.

Alors qu’au 1er trimestre 2012 l’INSEE constatait que les loyers avaient bondi de +2,24 % en 1 an, depuis la courbe n’a cessé de s’inverser. Tant et si bien qu’arrivé au 4e trimestre 2015, le loyer moyen avait baissé de -0,01 % par rapport à la même période l’année précédente. Et selon la dernière édition de l’IRL de l’INSEE, au trimestre dernier les loyers sont restés quasi stables à +0,06 %.

Posez vos questions, commentez

commentaires