Accueil Investissements immobiliers Investir en locatif

L’investissement SCPI augmente de 14,4 % en 1 an

Source Source http://www.aspim.fr/ et http://www.ieif.fr/.

Le premier semestre 2014 est à marquer d’une pierre blanche dans l’investissement en SCPI. Comme le montre un rapport de IEIF (l’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière) publiée sur le site de l’ASPIM (Association Française des Sociétés de Placement Immobilier), la collecte nette a augmenté de près de 15 %, pour déboucher sur une capitalisation supérieure à 30 milliards d’euros. Ces résultats confirment l’intérêt des investisseurs pour la pierre papier, et montrent également qu’ils sont décidés à conserver.

158 millions d’investissements supplémentaires en SCPI

Au cours du premier trimestre 2014, l’investissement en SCPI a connu un bond de 158 millions d’euros, soit +14,4 %. La différence entre les achats et les ventes de parts a atteint 1,26 milliards d’euros, ce qui est 43 % de mieux qu’en 2008 et 2009. Il semble que les particuliers aient cherché à investir comme les professionnels, car ils se sont surtout tournés vers l’immobilier d’entreprise.

Les SCPI diversifiées ont été particulièrement sollicitées, avec une collecte nette en progression de 76,3 millions d’euros, ce qui représente une augmentation de +143,9 % par rapport au premier semestre 2013. Les SCPI spécialisées sur un secteur d’investissement immobilier (hors bureau ou commerce) n’ont pas démérité non plus. Elles affichent une collecte nette en hausse de 29,5 millions d’euros, soit +84,2 % de mieux que la même période, l’année dernière.

Les investisseurs préfèrent conserver

L’investissement SCPI peut se faire sur un marché primaire, ou un marché secondaire. C’est sur ce dernier que l’on achète et revend les parts existantes des sociétés à capital variable. Au cours du premier semestre 2014, il s’est échangé 243 millions d’actions, ce qui représente une légère baisse de -0,2 % par rapport au premier semestre 2013.

Les retraits non compensés se montent à 6,35 millions d’euros, et le montant des parts en attente au 30 juin 2014 se situe en dessous de 50 millions d’euros. Ces chiffres montrent que l’achat de parts de SCPI sur le marché secondaire reste peu spéculatif.

Rappelons que si le marché secondaire présente un aspect pratique car il permet d’acheter et de vendre rapidement, l’investissement en sociétés civiles de placement immobilier ne doit pas présenter d’aspect spéculatif. Les frais d’achat peuvent se monter à 10 % du prix des parts, ce qui oblige la détention à moyen terme pour rentrer récupérer sa mise.

Il s’agit surtout pour les investisseurs de trouver une alternative sécurisée à l’immobilier locatif. L’avantage de ce segment est que le loyer est versé sous forme de dividendes de façon périodique, au mois ou au trimestre. L’investisseur se décharge donc de toute recherche de locataires et de tout travail administratif. En supplément, le risque de défaut de paiement est quasi-nul.

Un investissement global en SCPI au-delà de 30 milliards

Record battu, le montant global de l’investissement SCPI au 30 juin 2014 a atteint 31,34 milliards d’euros. La capitalisation globale est en hausse de 4,6 % par rapport à la fin 2013. L’enquête statistique semestrielle publiée sur le site de l’ASPIM, rappelle que l’encours était de 7,89 milliards d’euros en 1999. L’intérêt a toujours été grandissant pour la pierre papier, jusqu’à ce que la capitalisation fasse plus que doubler 10 ans plus tard en 2009, pour atteindre 18,96 milliards d’euros.

On notera que les SCPI de défiscalisation Duflot sont sous représentés au 30 juin 2014. Avec seulement 3 sociétés capitalisant un peu moins de 56 millions d’euros, elles ne représentent que 0,18 % de l’encours total. Un exemple à suivre pour la future loi Pinel ? Sans aucun doute.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires