Accueil Consommation Financement auto

Les taux diminuent et le crédit auto repart grâce à la LOA

Même en période difficile, les Français réservent leur argent pour se motoriser.

Les taux d’usure de la Banque de France pour le 2e trimestre 2015 montrent clairement de meilleures conditions d’emprunt. En février le prêt à la consommation a été dopé par les ventes d’automobiles, surtout grâce à la LOA. La location avec option d’achat prend désormais le pas sur le crédit auto affecté classique.

Un crédit auto désormais pour les véhicules d’occasion

L’ASF (Association Française des Sociétés Financières) récolte les données de 296 prêteurs, de l’organisme de crédit à la banque spécialisée. Ses calculs se portent sur 50 % des prêts à la consommation du marché.

Ses résultats pour février 2015 montrent une accélération des crédits affectés destinés aux voitures d’occasion (+4,6 %), contre un désengagement sur le marché des véhicules neufs (-6,8 %). Il semble que les ménages préfèrent désormais utiliser la LOA, qui progresse de +47,8 % en février 2015, par rapport à février 2014. Il s’agit désormais de la méthode de financement préférée des Français pour acheter une voiture neuve, représentant 55 % des montants prêtés.

Le mois dernier les prêteurs ont financé 269 millions d’euros sur le marché automobile via la location avec option d’achat, 235 millions d’euros en voitures d’occasion et 221 millions d’euros de véhicules neufs via le prêt à la consommation affecté.

 

Les taux des prêts personnels diminuent

Le TEG (Taux Effectif Global, c’est-à-dire frais inclus) moyen calculé par la Banque de France au cours du premier trimestre 2015, est en baisse sur les prêts personnel. Il recule de 17 points de base pour les sommes comprises entre 3000 € et 6000 € (10,61%), et de 13 points de base sur les sommes comprises au-delà de 6000 € (6,78%).

Toutefois les conditions restent quasiment inchangées concernant les crédits de trésorerie portant sur des sommes inférieures à 3000 €, avec une baisse de 2 points de base seulement (15,17%). Ces différences s’expliquent par le fait que beaucoup de prêteurs ne demandent pas de justificatifs de revenus pour cette tranche de trésorerie, compensant ainsi le risque par des taux importants.

En termes de volume, le mois de février 2015 a été meilleur que février 2014 (+ 04 %), avec un montant total prêté atteignant 943 millions d’euros. De son côté le crédit renouvelable ne fait plus recette, les montants prêtés chutant de -5 % en février 2015, à 736 millions d’euros.

 

La consommation serait-elle en train de repartir ?

Les chiffres de l’ASF font état d’une légère hausse de +0,3 % des prêts à la consommation affectée aux biens d’équipement et à l’amélioration de l’habitat. En février 2015 les ménages français ont emprunté 207 millions d’euros, contre 206 millions d’euros l’année précédente.

Si l’on peut y voir une note d’optimisme, il convient de rappeler que le coût de la vie a augmenté de +0,7 % en février. Il est donc encore trop tôt pour y voir le retour de la croissance.

Par ailleurs on constate que les crédits à la consommation affectés aux autres biens et services (bateaux, véhicule de loisirs, 2 roues,…) ne font plus recette. En février ils ont baissé de -4,6 %, pour une chute de -8,8 % sur 2 mois.

Posez vos questions, commentez

commentaires