Accueil Actualités Obtenir un prêt

L’OAT 10 ans va-t-il faire baisser les taux de prêt immobilier ?

Samedi 27 novembre, l’OAT 10 ans (Obligation Assimilable du Trésor) est passé sous la barre des 1 %. Les investisseurs ayant acheté de la dette française remboursable à 10 ans, percevront 0,9970 % d’intérêts par an, pendant 10 ans. Avec les fonds ainsi levés, l’État français va pouvoir prêter aux banques, qui ont apparemment déjà décidé de prêter aux particuliers à des taux immobiliers encore plus bas.

L’OAT passe sous la barre des 1 %

Tout a commencé le 6 novembre, lorsque le directeur de la BCE (Banque Centrale Européenne), M. Mario Draghi, annonce qu’il maintient son taux directeur à 0,5 %. Mais ce n’est pas tout, il ajoute que son institution serait prête à racheter de la dette des pays membres de la zone euro. Les marchés poussent un soupir de soulagement, et l’effet ne se fait pas attendre.

Le 7 novembre, la France émet des obligations à 10 ans à un taux d’intérêt de 1,1830 %. Les jours suivants, les investisseurs se tournent vers l’État français, quitte à accepter un rendement moins bon. Tous les jours le taux d’emprunt diminue, à l’exception de quelques soubresauts les 17 et 19 novembre, à respectivement 1,1530 % et 1,1870 %.

Quand le 25 novembre dernier les obligations atteignent 1,0830 %, tout le monde se demande jusqu’où ça va aller. Et le 27 novembre dernier, la barre symbolique du 1 % est franchie, ce jour là l’OAT 10 ans a été souscrit à 0,9970 %.

Et alors, répondra le lecteur ? Et bien maintenant les taux des prêts immobiliers pourraient encore baisser, car l’OAT 10 ans est l’une des principales sources de financement des banques.

Vers une nouvelle baisse des taux immobiliers ?

Depuis samedi dernier, l’État français a emprunté de l’argent sur les marchés, à moins de 1 %. Il pourra alors le prêter aux banques, afin que ces dernières le prêtent à leur tour aux particuliers. L’avantage de l’OAT 10 ans par rapport au taux interbancaire, est qu’il est fixe sur 10 ans.

Lorsqu’une banque emprunte une certaine masse d’argent à l’État, elle sait qu’elle prend moins de risques en prêtant cet argent à des particuliers sur 15 ans ou 20 ans. Car elle connaît au moins sa marge pendant 10 ans, qui correspond à la différence de taux entre ce qu’elle emprunte, et ce qu’elle prête.

À cela s’ajoutent les frais de dossier, les cotisations de l’assurance emprunteur, et les revenus de produits bancaires lorsqu’elle chipe un client à la concurrence.

Au final, lorsqu’une banque emprunte pour moins cher sur 10 ans auprès de l’État, elle peut se permettre de faire une remise à ses emprunteurs. Et c’est apparemment ce que certaines d’entre elles ont l’intention de faire, car de nombreux courtiers ont reçu des barèmes de taux immobilier à la baisse, en provenance de grandes banques.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires