Accueil Consommation

Les ménages veulent épargner et moins dépenser

PARTAGER SUR
Épargner, moins dépenser et voir venir : la stratégie des ménages français.

Le moral des ménages continue sur sa lancée, en atteignant 97 sur les 100 points de l’échelle de l’INSEE. S’ils voient leur niveau de vie s’améliorer, ils vont en profiter pour continuer à épargner. Car malgré une baisse de leurs appréhensions face au marché de l’emploi, ils vont se retenir d’effectuer des achats importants.

Les ménages français estiment qu’il est opportun d’épargner

La Caisse des Dépôts et Consignations a débouché le champagne à la fin mars. Pour la première fois depuis plusieurs trimestres, la collecte du livret A et du Livret de Développement Durable (LDD), a grossi de 420 millions d’euros.

Il faut dire que depuis quelques temps, le franchouillard moyen retrouve de la capacité d’épargne, c’est ce que nous apprend la dernière édition de l’indice INSEE sur la confiance des ménages. Cette tendance devrait d’ailleurs continuer, le temps que les réactions au Brexit fassent leur effet dans le calcul de l’indice.

Qui sait si une éventuelle victoire de la France à l’euro 2016 aura un impact sur la manière dont les familles appréhendent leur niveau de vie ? Pour l’instant il semble qu’elles n’aient pas l’intention de sortir leur porte-monnaie.

Des meilleures finances, mais pour épargner, pas pour dépenser

Avec le recul, les ménages trouvent que leur situation financière personnelle passée s’est un peu améliorée. Ils continuent à croire en l’avenir, moins bien que le mois précédent, mais plus qu’en mars et avril. Et pourtant ils conservent une certaine confiance envers les évolutions du marché de l’emploi, l’indice de référence gagnant 1 point par rapport au mois de mai, se situant ainsi à son plus haut de l’année.

Cela n’empêche pas le français moyen de regarder les évolutions du niveau de vie de l’ensemble de ses compatriotes avec un œil suspicieux, l’indice de confiance diminuant par rapport au mois dernier. Au final, il est beaucoup moins motivé pour effectuer des achats importants, qu’il ne l’était en mai.

Et pourtant il continue de croire en une évolution des prix des biens de consommation en sa faveur. S’il gagne en optimisme, le franchouillard n’a donc pas encore l’intention de dépenser, il préfère épargner.

Il va sans dire que le matraquage médiatique autour du Brexit pourrait ne pas arranger les choses. Une victoire de la France à l’euro 2016 le fera-t-elle ? Allez, on y croit tous ensemble.

Posez vos questions, commentez

commentaires